Toulouse: Montaudran Aérospace décolle sous l'aile de Saint-Ex

URBANISME Les labos sont les premiers arrivés sur cette zone en friche qui doit aussi accueillir des logements...

Helene Menal

— 

Préfiguration du quartier Montaudran Aérospace

Préfiguration du quartier Montaudran Aérospace — Agence Seura

Le 14 octobre 1926, Antoine de Saint-Exupéry atterrissait pour la première fois sur la piste de Montaudran, apportant sa pierre à la grande aventure de l’Aéropostale puis de l’aviation civile à Toulouse. Mardi, 88 ans après, une autre pierre a été posée au bout de la piste mythique. La première de l’Institut de recherche technologique (IRT) qui portera le nom de l’aviateur aux multiples facettes.

Le bâtiment sera le «cœur du réacteur» de la zone Toulouse-Montaudran-Aérospace, encore en friche. «L’IRT est une maison commune réunissant la recherche publique et des partenaires industriels. Ils travailleront sur des matériaux du futur par exemple, moins coûteux, plus résistants et plus légers», explique Gilbert Casamatta, le président de l’IRT qui devrait entrer dans ses murs en 2016.

Des vélos et des étudiants

Pour l’instant le parpaing qui préfigure ce centre de recherches n’a qu’un seul voisin : l'Espace Clément-Ader, récemment inauguré, qui abrite le supercalculateur de Météo France, dont l’énergie sera récupérée à terme pour chauffer le quartier.
Car Montaudran Aérospace ne sera pas seulement un campus innovant. Il accueillera aussi des logements, des commerces et des équipements publics. Et la piste mythique, défoncée par les mauvaises herbes, verra défiler skates, bus ou vélos Elle servira de «colonne vertébrale» reliant les différents équipements. Les bureaux seront construits entre la piste et la rocade, faisant office de tampon sonore aux futurs habitants. Enfin, la première tranche de travaux qui doit démarrer en 2015, prévoit une résidence dédiée aux étudiants et aux chercheurs.

Encore des questions

Montaudran décolle enfin mais le cap n’est pas figé. La nouvelle équipe municipale n’a pas dit ce qu’elle ferait de l’immense halle flambant neuve qui devait abriter les créatures mécaniques de la Compagnie La Machine. Et l’espace de Mémoire consacré à l’Aéropostale reste à peaufiner.

Saint-Ex le scientifique

François d’Agay, le neveu et filleul d’Antoine de Saint-Exupéry, était mardi à Toulouse. «Je suis très fier que l’IRT porte son nom, a-t-il déclaré. Parce qu’on connaît surtout l’aviateur et l’écrivain mais Saint-Exupéry était aussi un ingénieur qui a déposé de nombreux brevets. Pour nous, il était important que le scientifique soit reconnu».