Depuis 2007, Bordeaux est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Unesco. C'est le cas de la cité épiscopale d'Albi depuis quatre ans. Un précieux sésame que le maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, espère décrocher d'ici une dizaine d'années.

Ce mardi il a annoncé la création d'une «mission patrimoine» et dès 2015 l'organisation d'Assises avec pour objectif de se «doter d'un plan cohérent de mise en valeur du patrimoine public et privé. Avoir le label ce serait une richesse supplémentaire pour le tourisme culturel».

Poursuite de la rénovation du centre avec Busquets

Pour y parvenir, Jean-Luc Moudenc affiche sa «volonté d'aménager les berges de la Garonne et valoriser le Canal du Midi». Cela passera aussi par la mise en place d'un «secteur sauvegardé» en ville. S'il existe déjà et couvre le cœur de ville intraboulevards, la mairie réfléchit à lui donner une nouvelle impulsion. Ce qui pourrait permettre de lancer un plan de rénovation des façades, etc.

La réhabilitation du centre-ville sous la houlette de l'urbaniste catalan, Joan Busquets, sera aussi poursuivie. «Rapidement, la rue des Lois va être réaménagée un peu à l'image de ce qui a été fait rue Pargaminières. Nous allons aussi terminer la place Saint-Pierre et dans le prolongement aménager le parvis qui la relie à la future école d'économie», explique l'adjointe à l'urbanisme, Annette Laigneau.

Cité de la danse abandonnée, l'espace Mémoire relancé à Montaudran

Mais pour cause de restrictions budgétaires, certains projets sont par contre enterrés. C'est le cas de la Cité de la Danse à la Grave. Dans les bâtiments historiques, le maire envisage plutôt «un espace d'exposition». Un projet qui n'est pas nouveau puisqu'il était déjà inscrit au dossier de candidature de Toulouse 2013.

Côté culturel, la question du devenir de la Halle de Montaudran, qui devait accueillir la compagnie La Machine, est toujours en suspens. «Il faut relancer le projet Mémoire avec les associations et les familles de pionniers de l'Aéropostale qui a été scandaleusement abandonné. Quant à la question de La Machine, soit on met en œuvre le projet initial, et il faut avoir une visibilité sur les coûts, soit on ne fait pas le projet mais il faut que nous regardions comment on peut s'en dégager car des délibérations ont été votées», relève Jean-Luc Moudenc.

Les Nouveautés à vendre

Les Nouveautés, autre lieu emblématique de la Ville rose, va sortir du giron municipal. La municipalité de Pierre Cohen voulait faire de cet ancien cinéma situé sur le boulevard Carnot «une vitrine des projets urbains de la métropole toulousaine». Finalement, il n'en sera rien. «Nous sommes en train d'étudier la vente de cette parcelle, soit pour en faire une opération classique, soit un hôtel. Il y a l'héritage de la façade, on ne peut pas y faire n'importe quoi. Pour la ville, cela constituera des recettes bienvenues», assure le maire.

Du coup, avec cette vente, le projet d'installation de l'Alliance française aux Nouveautés s'évapore. Mais il pourrait rebondir un peu plus loin, du côté des allées Jules-Guesde. «Nous allons leur proposer de s'installer au Quai des savoirs car c'est une structure qui travaille au rayonnement de Toulouse et à l'accueil des étudiants», souligne Annette Laigneau.

L'avenir de Victor-Hugo en débat

Ce samedi, la mairie de Toulouse présentera aux commerçants de Victor-Hugo un projet de refonte du marché et du parking. «La concession du parking arrive à échéance d'ici un an et demi. Soit nous laissons ce poumon économique tel quel, soit nous réfléchissons à une meilleure fonctionnalité en rasant et en refaisant un parking souterrain», avance l'adjoint au commerce, Jean-Jacques Bolzan. Une étude de faisabilité va être lancée. Elle portera aussi sur le relogement des commerçants -peut-être en bas des allées Jean-Jaurès- durant les travaux, s'ils sont actés.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.