Les associations de défense de l'ours veulent la peau de la France, et l'Europe les a entendues en lançant jeudi une procédure d'infraction contre elle pour « manquement à ses obligations de protection de l'ours brun dans les Pyrénées ». La commission européenne lui reproche le manque de protection de l'espèce et son mauvais état de conservation. Elle a désormais deux mois pour éviter la poursuite de la procédure. « Depuis 2009, il n'y a plus de plan de réintroduction du plantigrade dans les Pyrénées, note Alain Reynes, président de l'association Pays de l'Ours-Adet. Il faut maintenant des engagements concrets du gouvernement pour assurer une population viable d'ours ». Selon les associations, cette décision pourrait menacer la reconduction des fonds européens pour les Pyrénées. Interrogé sur le sujet, le ministère de l'Ecologie et du Développement durable n'a pas donné suite.