Elles ont quitté le Jardin des plantes pour être vendues.
Elles ont quitté le Jardin des plantes pour être vendues. - f. scheiber/20 minutes

julie rimbert

Après un séjour à brouter les pâturages du Jardin des plantes, elles vont rentrer à l'étable. Après six semaines d'exposition, les vaches de la CowParade seront vendues aux enchères ce jeudi soir, à partir de 20 h, à l'école d'ingénieur de Purpan.

2 000 € de mise de départ
La moitié des fonds récoltés sera reversée à quatre associations : InPacts 31 spécialisée dans les troubles du développement, Dessine-moi une maison, pour l'accueil des parents d'enfants malades, l'ONG Entendre le monde qui mène des opérations chirurgicales ORL dans les pays défavorisés, et le projet Imagine qui met en avant les héros anonymes. « La vache baptisée Pleine Nature, parrainée par l'école polytechnique de Purpan, sera donnée à l'établissement, explique Cédric Soulette, ancien international du Stade Toulousain et organisateur de l'événement. Celle de L'Entrecôte ne sera pas vendue non plus à cause des nombreuses dégradations qu'elle a subies. » Mais la vache du Cantal, volée pendant 24 heures, paradera bien une dernière fois lors de cette vente.
Près de 500 personnes participeront à ces enchères, qui rassembleront des entreprises et des particuliers, amateurs de ces œuvres uniques, entièrement en fibre de verre. Gérard Calvet, patron de l'entreprise Gimm Traiteur, compte bien ramener au bercail Mme Pink, la vache qu'il a parrainée. S'il remporte les enchères, il envisage de faire paître son bovidé dans un bureau vitré, pour que tous les employés en profitent. « Il y a un côté sentimental car une phrase de ma fille de 16 ans est inscrite sur cette vache, souligne ce chef d'entreprise. On a énormément travaillé avec l'artiste Esther Tristan pour l'élaborer alors cela nous semble normal de la récupérer. Je suis prêt à me battre pour l'avoir mais pas au point de plomber les finances de la société. » La mise de départ s'élève à 2 000 euros. Lors de la dernière CowParade, à Bordeaux, en 2010, la vente aux enchères avait permis de récolter un peu plus de 350 000 euros au profit de la Banque alimentaire, avec un prix de vente moyen de 6 000 euros par vache.