Sophie Turner est Sansa Stark dans la saison 4 de Game of Thrones
Sophie Turner est Sansa Stark dans la saison 4 de Game of Thrones - 2015 HBO

[Attention spoilers!]

Ce ne sera une révélation pour personne : Sansa Stark en a bavé en cinq saisons de Games Of Thrones. En effet, la fille aînée de Lord Eddard Stark et Lady Caterlyn Tully a vu les membres de sa famille se faire tuer les uns après les autres, avant d'être mariée de force au tyran Ramsay Bolton et de subir les pires humiliations physiques et psychologiques. Mais la saison 6 pourrait lui accorder un peu de répit, et peut-être même lui faire voir le bout du tunnel.

>> A lire aussi : Kit Harington révèle le sort de Jon Snow dans « Game of Thrones »

« Cette saison est très, très importante pour Sansa, a confié son interprète Sophie Turner à Entertainement Weekly lors des Screen Actors Guild Awards. C'est même probablement sa meilleure. Elle reprend le dessus, s'affirme et cherche le respect qu'elle mérite. Elle est prête à l'arracher et à s'enfuir avec, c'est vraiment cool. »

Sophie Turner veut rassurer les spectateurs : « Sansa aura finalement une intrigue digne de ce nom, celle que vous attendez tous depuis cinq ans. Tout ce qui précède n'existe que pour arriver à ce moment. Elle a tant souffert pour une raison.»

>> A lire aussi : George R.R. Martin repousse la publication du tome 6 de «Game of Thrones»

Bien sûr, cette nouvelle saison de Game of Thrones devrait comporter son lot de surprises et de chocs. « C'est peut-être notre saison la plus spectaculaire. Rien qu'en termes d'histoires de développements de personnages, c'est la folie », conclut-elle, excitée. La jeune actrice avait une autre raison d'être enthousiaste aux SAG Awards, puisqu'elle en a profité pour réaliser un rêve de fan et rencontrer (de loin) Ryan Golsing . Une «rencontre» immortalisée sur Instagram avec la légende: « Désolée les garçons, je ne suis plus sur la marché ».

 

Sorry boys. I'm off the market

Une photo publiée par Sophie Turner (@sophiet) le 30 Janv. 2016 à 21h15 PST

 

Mots-clés :