Karine Le Marchand dans les allées de Roland-Garros, à Paris, le 5 juin 2012.
Karine Le Marchand dans les allées de Roland-Garros, à Paris, le 5 juin 2012. - NIVIERE/SIPA

Anne Kerloc'h

On a tous besoin d’amour. Et d’un peu d’herbe à ruminants, aussi. Lundi 25 juin la deuxième émission spéciale «L’Amour est dans le pré, que sont-ils devenus» a atteint un record, avec près de 6 millions de télespectateurs et 24,8% de part d’audience, dépassant même la série «Les Experts» sur TF1, pourtant spécialiste du top des audiences.

Un public déjà énamouré donc, alors que le lancement de la saison 7 aura lieu le 2 juillet. Marie Genest, directrice divertissement et magazine de Fremantlemedia souligne «Le public est très attaché aux agriculteurs des saisons passées que nous suivons sur le long terme». Un long terme qui fait écho à «l’amour» recherché par les participants, au lieu des brèves rencontres de la plupart des émissions de dating. Revoir les candidats trois ans plus tard permet de constater, joie de l’identification, que «la vie réserve des surprises, des conclusions heureuses» rappelle Marie Genest.

Rassurant en période de crise. Avec la diffusion de matchs de l’Euro, l’émission a permis à la chaîne de réaliser la semaine dernière selon Médiamétrie 13,6% de part d’audience devant France 2 (13,5%) et prenant, pour la première fois de sa création, la seconde place sur la semaine.