«Danse avec les Stars»: Grégoire Lyonnet révèle les raisons des fréquentes blessures des participants

CONFIDENCES L'ancien danseur de «Danse avec les Stars» Grégoire Lyonnet s'est confié sur les raisons des fréquentes blessures des participants au concours de danse...

C.B.

— 

Grégoire Lyonnet et son épouse la chanteuse Alizée, le 14 juin 2015.

Grégoire Lyonnet et son épouse la chanteuse Alizée, le 14 juin 2015. — VILLARD/NIVIERE/SIPA

L’époux de la chanteuse Alizée a des choses à dire. Dans les colonnes de nos confrères de Téléstar, le danseur a décidé de dévoiler « l’envers du décor » de l’émission Danse avec les Stars. Et d’expliquer pourquoi de nombreux candidats, comme récemment Agustín Galiana, se blessaient lors de leur participation au concours de danse de TF1.

« Lors de la première saison, Sofia Essaïdi s’était fêlé des côtes à cause des portés, rappelle le danseur. C’est une blessure récurrente pour les filles car les côtes se fragilisent à force… En général, les blessures ne se font pas pendant le direct mais pendant les répétitions. » Des blessures qu’il faut souvent oublier le temps du prime pour assurer, comme ça a été le cas pour Hapsatou Sy, qui souffrait d’une entorse des cervicales et d’une déchirure musculaire entre les côtes.

Alizée souffre encore, quatre ans après

Le danseur poursuit en évoquant les blessures de son épouse, la chanteuse Alizée, rencontrée sur le plateau du concours de danse. « Je me souviens d’Alizée qui était touchée aux vertèbres le jour de la finale, raconte-t-il. Alors que le médecin lui disait qu’elle ne pourrait pas danser, elle a signé une décharge et elle a pris des antidouleurs. Quatre ans plus tard, elle a encore mal, à tel point que la douleur s’est déplacée vers l’épaule. Mais bon, c’est la douleur de la victoire. »

Ces blessures seraient-elles évitables ? Pas vraiment. Le danseur précise qu’un kiné est présent sur les primes et que les candidats « viennent le voir à la chaîne car chacun a mal quelque part ». Mais le problème, c’est que « le corps des candidats est mis à rude épreuve. Les premières semaines, pour les non sportifs, les quatre heures d’entraînement provoquent de nombreuses courbatures car le corps ne comprend pas trop ce qui lui arrive. »