Affaire Hanouna et du canular homophobe: Le CSA condamne C8 à une amende de 3 millions d’euros

SANCTION Le Conseil supérieur de l’audiovisuel n’a pas suivi les préconisations du rapporteur indépendant qui avait suggéré une semaine de suspension de diffusion de «Touche pas à mon poste»...

Benjamin Chapon

— 

L'animateur Cyril Hanouna.

L'animateur Cyril Hanouna. — Pierre-Emmanuel Rastoin

C’est historique. Le CSA a condamné C8 à une amende record de 3 millions d’euros dans l’affaire du canular homophobe de Cyril Hanouna, une décision aussitôt contestée par la chaîne qui dénonce une sanction au « caractère disproportionné », « inéquitable et discriminatoire », et relevant selon elle d’un « acharnement » du CSA. Cette séquence avait été diffusée dans l’émission spéciale TPMP Radio Baba, le 18 mai.

>> A lire aussi : Yannick Bolloré tacle la com' de Canal+ et défend «l'amuseur» Cyril Hanouna

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a rappelé qu’il avait reçu « près de 47.000 concernant ce programme » et a jugé que la séquence incriminée avait « gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations. » « L’animateur a, tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Le CSA a estimé qu’en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations », a justifié le régulateur dans un communiqué.

Pas de suspension de diffusion

Le CSA n’a pas suivi les préconisations du rapporteur indépendant chargé d’instruire le dossier. Celui-ci avait suggéré une suspension de diffusion d’une semaine du programme Touche pas à mon poste. En s’attaquant directement au portefeuille de C8, chaîne du groupe Canal +, le CSA évite ainsi les différents contournements de la sanction de suspension de diffusion.

Dans leur communiqué, les Sages ont également rappelé que TPMP et C8 avaient reçu de nombreuses mises en garde de leur part pour d’autres séquences et que le CSA avait toujours « privilégié le dialogue et multiplié les avertissements, sans manifestement être entendu. »

Cette sanction intervient un mois après l’interdiction de diffuser des écrans publicitaires pendant trois semaines, prononcée au mois de juin à l’encontre de C8 et son émission Touche pas à mon poste. Cette décision sanctionnait deux séquences humiliantes et sexistes concernant Matthieu Delormeau et Capucine Anav. Après cette sanction, C8 avait réclamé 13 millions d’euros de dédommagement au CSA. Cette requête sera examinée par le Conseil d’Etat.

« Un traitement inéquitable et discriminatoire »

Le groupe C8 n’a pas tardé à réagir après l’annonce du CSA. Pour la chaîne, cette nouvelle sanction est « disproportionnée », et « illustre de nouveau le traitement inéquitable et discriminatoire dont Touche pas à mon poste est l’objet de la part du CSA ». La chaîne ajoute également qu’il s’agit d’un « acharnement du CSA sur son programme phare », et que cette décision « fragilisera, de nouveau, l’équilibre économique du groupe Canal ». Enfin, C8 conclut en précisant que des « recours seront bien entendu lancés ».

De son côté, Cyril Hanouna a décidé de voir le verre à moitié plein, confirmant à ses followers sur Twitter que sa bande et lui seront « à l’antenne le 1er septembre pour une nouvelle saison de ouf ».