Les candidats de téléréalités Ricardo et Nehuda, soupçonnés de violences, ont perdu la garde de leur bébé

PEOPLE Le bébé de quatre mois de Ricardo et Nehuda, un couple de la téléréalité, est toujours hospitalisé et a été placé provisoirement...

O. G.

— 

Nehuda et Ricardo, sur le compte Instagram de Ricardo.

Nehuda et Ricardo, sur le compte Instagram de Ricardo. — ricardofficiel / Instagram

Des soupçons graves. Ricardo et Nehuda, un couple formé dans les Anges de la téléréalité 8, risquent de perdre la garde de leur bébé de quatre mois. La cause ? Ils sont soupçonnés de maltraitance sur leur fillette. Selon Le Parisien, le procureur de la République a décidé de mettre le bébé en placement provisoire. En clair, le couple devra attendre le 10 juillet, date de l’audience devant le juge pour enfants pour savoir où va vivre leur enfant.

>> A lire aussi : Pourquoi les candidats de téléréalité sont-ils plus violents dans «Les Anges» que dans les autres émissions?

Blessures sévères au visage

Ce sera ensuite au juge pour enfants de décider si le bébé sera placé à plus long terme. Selon Le Parisien, le candidat de Moundir et les apprentis aventuriers et sa compagne souhaiterait que la garde soit confiée à la grand-mère de l’enfant. Mais pour le moment, la fillette est toujours hospitalisée en pédiatrie au CHU de Dijon pour des blessures sévères au visage. Le couple, placé en garde à vue lundi, a été relâché mardi. Mais reste sous le coup d’une enquête préliminaire pour « violences volontaires » contre mineur de moins de 15 ans.

Un accident ou des violences volontaires ?

Que s’est-il passé ? Selon la famille, interviewée par le quotidien, « il y aurait eu une petite tension dans le couple lors d’un arrêt sur une aire d’autoroute. Ricardo aurait alors jeté par énervement son téléphone en direction de sa femme dans la voiture. Ce serait l’enfant qui aurait pris malencontreusement le téléphone en plein visage, provoquant une fracture ». Mais toujours selon les proches du couple, leur notoriété leur porte préjudice : ils se disent même « victimes de leur réputation et d’un emballement médiatique », selon des proches, cités par Le Parisien.