Les Gérard: Cyril Hanouna n'est pas allé chercher son trophée, contrairement à Ophélie Meunier

TELEVISION La onzième édition de la cérémonie potache qui chambre, plus ou moins élégamment, les émissions et figures du petit écran, a livré son verdict lundi soir…

F.R.

— 

Ophélie Meunier et Jérôme de Verdière sur la scène des Gérard de la télé, le 5 juin 2017.

Ophélie Meunier et Jérôme de Verdière sur la scène des Gérard de la télé, le 5 juin 2017. — Aurélien Faidy / Paris Première

Les nommés présents se comptaient sur les doigts d’une main au Grand Point-Virgule (Paris 15e). La 11e cérémonie des Gérard de la télévision (la 10e retransmise en direct sur Paris Première) a livré son palmarès ce lundi soir et bien peu de lauréats ont mis en sourdine leur susceptibilité pour venir chercher sur scène le petit parpaing doré qui faisait office de trophée.

>> Lire aussi : « Michel Denisot a très mal pris son Gérard, ça l’a mis très en colère »

Ophélie Meunier a ainsi exorcisé par un clin d’œil les « Tu dors ? » que son patronyme inspirait aux esprits moqueurs. Elle a reçu le « Gérard de l’animateur qui devrait changer d’émission pour être plus raccord avec son nom de famille », qui lui conseille de présenter La Meilleure Boulangerie de France.

Virginie Guilhaume, elle, est repartie avec le « Gérard de l’animatrice cuisine tellement maigre qu’elle a l’air de vomir toutes ses recettes ». « Vous ne m’avez pas vu nue ! » a plaisanté la présentatrice de Qui sera le prochain grand pâtissier ?

Le SMS d’Arthur

Sophie Mounicot, elle, n’a pas été primée. Elle concourait dans la catégorie du « Gérard
de la fiction française dont le titre te fait croire que ça va être un peu érotique jusqu’à ce que tu découvres le casting » pour Le Secret d’Elise. La comédienne est quand même montée sur scène pour récupérer le trophée destiné à Michelle Bernier, héroïne de La Stagiaire.

La journaliste médias Isabelle Morini-Bosc est repartie avec le Gérard de l’animateur qu’elle a été chargée de donner en mains propres à Cyril Hanouna, déjà lauréat dans cette catégorie l’an passé. La chroniqueuse du talk-show de C8 en a profité pour dire qu’elle ne souffrait pas du syndrome de Stockholm et qu’elle prenait beaucoup de plaisir à participer à Touche pas à mon poste.

Arthur, lui, s’est excusé de son absence par un SMS envoyé au coanimateur Jérôme de Verdière. Le vainqueur du gagnant du « Gérard de l’accident industriel » pour Cinq à sept, s’est auto-vanné par texto en indiquant qu’il aurait pu aussi remporter le « Gérard de l’émission dont le titre correspond au nombre de téléspectateurs qui la regardent ».

La cérémonie, très potache, ponctuée d’une poignée de vannes tombant à plat et d’apparitions hilarantes d’Emilie Arthapignet a dézingué à tout va. Elle n’a pas été très tendre avec Delphine Ernotte, à qui a été dédiée une reprise d’un tube de Marc Lavoine : « Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue, elle a visé la première, m’a touché, c’est foutu »…

Les autres cibles de choix ont été, pêle-mêle, David Pujadas – matérialisé sur scène par un Playmobil – Jean-Marc Morandini (seul nommé pour
le « Gérard du ça sent pas bueno pour la suite de ta carrière ») et, surtout, Cyril Hanouna dont les oreilles ont dû siffler pendant l’heure et demie qu’a duré la cérémonie. A commencer par cet échange entre Jérôme de Verdière et Frede Royer : « Tu as déjà cité son nom trois fois…
– Merde !
– Ça fait quatre. »

Sur ces belles paroles, voici le palmarès complet de cette édition :

  • Gérard de l’émission dont le titre donne l’impression que c’est un migrant qui la présente

SOS ma famille a besoin d’aide (NRJ12).

  • Gérard de l’animateur tellement petit qu’il pourrait prendre sa douche dans une cafetière

David Pujadas (France 2).

  • Gérard du ça sent pas bueno pour la suite de ta carrière

Jean-Marc Morandini dans Morandini live pendant une semaine sur iTélé et qui déclenche une grève de 31 jours

  • Gérard de l’émission où l’interviewer fait semblant d’être ton pote alors qu’en réalité tout ce qu’il veut c’est que tu chiales façon carwash en parlant de tes 11 ans quand ton tonton te faisait faire tagada tagada sur ses genoux en sachant qu’il n’avait pas de pantalon et que neuf mois plus tard tu as dû accoucher dans une cave en cachette et qu’aujourd’hui tu reverses l’intégralité de l’argent de la CAF pour payer le SDF qui assure le baby-sitting pendant que tu termines péniblement le redoublement de ta classe de sixième

Frédéric Lopez dans Mille et une vies (France 2).

  • Gérard du bonhomme

Bernard de la Villardière, pour son altercation musclée avec une bande de jeunes sauvageons de Sevran dans Dossier tabou (M6).

  • Gérard de la fiction française dont le titre te fait croire que ça va être un peu érotique jusqu’à ce que tu découvres le casting

La Stagiaire… avec Michèle Bernier (France 3).

  • Gérard du titre de fiction française qui veut rien dire

La Vengeance aux yeux clairs : l’histoire d’une vengeance qui sort d’un rendez-vous chez l’ophtalmo et qui est contente d’avoir 10/10 à chaque œil (TF1).

  • Gérard de l’animateur qui devrait changer d’émission pour être plus raccord avec son nom de famille

Ophélie Meunier, qui serait mieux à la présentation de La Meilleure boulangerie de France.

  • Gérard de la gâchette

Delphine Ernotte, qui a troué la paillasse de David Pujadas.

  • Gérard de la star télé dont on peut toujours prononcer le nom tout en pratiquant une fellation

Laurie Cholewa.

  • Gérard de l’émission qui s’est pas trop foulée au niveau de son titre

C’est une émission politique. L’Emission politique (France 2).

  • Gérard de l’animateur qui fait un carton mais qui a l’air de dormir dessus

Olivier Delacroix dans Dans les yeux d’Olivier (France 2).

  • Gérard de l’animatrice cuisine tellement maigre qu’elle a l’air de vomir toutes ses recettes

Virginie Guilhaume dans Qui sera le prochain grand pâtissier ? (France 2).

  • Gérard de l’émission où on touche des boules

Motus (France 2).

  • Gérard de l’émission où ça sent les pieds

Vestiaires (France 2).

  • Gérard de l’émission où ça sent la chatte

Miss France (TF1).

  • Gérard de l’émission dont le concept se résume à du mobilier rouge

Vivement dimanche prochain (France 2) avec son canapé rouge courbé qui sent le vieux clébard. Ben 74 ans, le Michel, c’est un peu normal aussi.

  • Gérard du Fast and furious, on veut du speed, du fissa, du ça urge sa mère

Appels d’urgence avec Carole Rousseau (NT1). Si c’est pas une urgence, ils décrochent pas.

  • Gérard du chroniqueur politique qui cumule les mandats

Christophe Barbier dans C dans l’air sur France 5, 24 h en questions sur LCI, Première édition sur BFMTV, au théâtre dans Tous présidents avec Marc Jolivet, au café du coin, à l’arrêt de bus, même sous la couette avec ta femme…

  • Gérard de l’animateur qui a prêté allégeance à la dèche

Daniela Lumbroso.

  • Gérard de l’animateur à l’emploi tellement fictif qu’on pourrait l’appeler Penelope

Mouloud Achour pour l’ensemble de sa carrière (Canal +).

  • Gérard de la grossière contrefaçon, qu’on n’oserait même pas vendre à Vintimille ni brader à la sauvette à Barbès

Cyrille Eldin, contrefaçon de Yann Barthès dans Le Petit Journal (Canal +).

  • Gérard de l’accident industriel

Cinq à sept (TF1) avec Arthur.

  • Gérard de l’animatrice

Enora Malagré.

  • Gérard de l’animateur

Cyril Hanouna.