Gérard de la télé: «Michel Denisot a mal pris son trophée, ça l'a mis en colère»

HUMOUR Alors que la onzième édition de la cérémonie humoristique est retransmise ce lundi, à 20h50, sur Paris Première, son créateur, Frede Royer décerne quelques Gérard officieux...

Fabien Randanne

— 

Stéphane Rose, Emilie Arthapignet, Frede Royer et Jerôme de Verdière, les trublions de l'édition 2017 de la cérémonie des Gérard de la télévision.

Stéphane Rose, Emilie Arthapignet, Frede Royer et Jerôme de Verdière, les trublions de l'édition 2017 de la cérémonie des Gérard de la télévision. — Lou Breton / Paris Première

Ce parpaing doré n’amuse pas toutes les personnalités du petit écran. Pour la onzième année (et pour la dixième fois sur Paris Première), les Gérard de la télé seront remis ce lundi soir*.  Parmi, les catégories de l’édition 2017, celles de « l’animateur à l’emploi tellement fictif qu’on pourrait l’appeler Penelope », « de la fiction française dont le titre te fait croire que ça va être un peu érotique jusqu’à ce que tu découvres le casting » ou « de l’animateur qui devrait changer d’émission pour être plus raccord avec son nom de famille ». Pour cette dernière, on mise sur Laurence Ferrari « qui serait mieux à la présentation de Turbo »… En attendant de découvrir le palmarès, 20 Minutes a proposé à Frede Royer, le créateur de la cérémonie humoristique, de décerner quelque Gérard officieux…

Le Gérard du lauréat beau joueur (celui qui a le plus d’autodérision)…

Clairement, Valérie Damidot. Depuis la première fois où elle a reçu un Gérard [en 2008, celui de « l’animatrice la plus relou »], elle est revenue à chaque fois qu’elle était nommée ou pour faire des sketches.

Le Gérard du lauréat mauvais coucheur (celui qui a le moins d’autodérision)

Il y en a eu quelques-uns. Peut-être Christophe Hondelatte [lauréat de sept Gérard dont celui de « l’ambulance sur laquelle on va tirer quand même », reçu en 2012] qui a fait semblant de bien le prendre. Mais quand je l’ai recroisé dans la rue, il n’a pas voulu me saluer.

Le Gérard du meilleur intitulé d’un Gérard…

Celui dont je me souviens le mieux : « Le Gérard à qui plus personne ne veut faire la bise parce qu’à force de lécher le cul de ses invités, il a une haleine de tout-à-l’égout ». Il a été décerné en 2009 à Michel Denisot.

Et le Gérard du pire intitulé…

Le même. Parce que Michel Denisot l’a mal pris. Ça l’a mis en colère et je n’aime pas faire du mal aux gens.

Le Gérard du plus gros fou rire…

Depuis trois ans, notre camarade Emilie Arthapignet joue Shania, qui intervient en direct des coulisses des Gérard. Elle est drôle, talentueuse. On a plein de fous rires avec elle.

Le Gérard du plus gros malaise…

L’an dernier, quand Tex est venu chercher son Gérard [«de l’émission de la mi-journée qui a tellement de couleurs sur son plateau qu’en la regardant on se sent obligé de vérifier dans notre verre d’eau si y’a pas de traces de LSD ou de MDMA », attribué aux Z’Amours], il a lancé des piques à je ne sais plus qui, mais ce n’était pas très drôle, il y a eu un moment de flottement.

Le Gérard du Gérard qui aurait mérité un Gérard…

Il n’y en a pas beaucoup… Holtz, je n’ai rien à lui reprocher. A Majax non plus… Les Gérard sont de bons animateurs finalement.

Le Gérard de l’autre nom qu’auraient pu avoir les Gérard…

Gérard, c’est le premier nom qu’on a trouvé, ça a été une évidence. J’étais à un dîner, je parlais de cette idée de cérémonie et je voulais quelque chose qui ressemble à César, un homophone. C’est une de mes amies qui a alors suggéré Gérard.

* La cérémonie des Gérard est retransmise ce lundi, dès 20h50, sur Paris Première.