«Juste un regard»: Harlan Coben, le nouveau «gars sûr» de TF1

TELEVISION Après «Une chance de trop», la première chaîne diffuse dès ce jeudi à 21 heures, l’adaptation de «Juste un regard», un autre best-seller de l’auteur américain…

Clio Weickert

— 

Virginie Ledoyen, Harlan Coben et Thierry Neuvic réunis pour la série «Juste un regard sur TF1»

Virginie Ledoyen, Harlan Coben et Thierry Neuvic réunis pour la série «Juste un regard sur TF1» — NICOLAS GOUHIER / VAB PRODUCTIONS / TF1

  • TF1 diffuse une nouvelle mini-série adaptée d’un roman d’Harlan Coben
  • L’écrivain américain devient l’une des valeurs sûres de la chaîne

On prend les mêmes et on recommence. Ce jeudi à 21 heures, TF1 diffuse les deux premiers épisodes de sa toute nouvelle mini-série intitulée Juste un regard, avec Virginie Ledoyen et Thierry Neuvic. Le titre vous dit quelque chose ? Rien d’étonnant, puisque les fans d’Harlan Coben reconnaîtront l’adaptation télévisuelle d’un de ses best-sellers : Just One Look, sorti en 2004.

Une impression de déjà-vu ? Oui, car ce n’est pas la première fois que TF1 mise sur l’écrivain américain. En 2015, la chaîne avait déjà adapté Une chance de trop (No Second Chance), avec  Alexandra Lamy et Pascal Elbé. Cette mini-série avait alors fait un carton, rassemblant quasiment près de 8 millions de téléspectateurs en moyenne. Deux ans après, TF1 récidive et fait de nouveau confiance à sa presque – déjà ?-, « valeur sûre » Harlan Coben. Et elle aurait bien tort de se priver.

>> A lire aussi: «The Five»: «Si vous n’aimez pas la série, blâmez-moi !», assume Harlan Coben

Le chouchou des Français… et de TF1

Depuis Guillaume Canet et son adaptation ciné de Ne le dis à personne (Tell No One en anglais) en 2006, dans le domaine du roman policier, les Français n’ont d’yeux que pour Harlan Coben. Sur les 70 millions de livres de l’auteur vendus à travers le monde, 13.5 millions ont été écoulés dans l’hexagone, précise francetvinfo.fr. Ses romans se vendent comme des petits pains, et trônent dans tous les tabacs de gare et les aires d’autoroutes de France et de Navarre.

Et si la confiance règne entre Harlan et les Français, il en va de même avec TF1. « C’est un super partenaire, a confirmé l’écrivain à 20 Minutes. La première fois que je suis venu les voir, je leur ai dit que je voulais faire quelque chose de différent et ils ont été très ouverts. » Une chaîne à l’écoute de l’auteur, et qui lui accorde toute sa confiance. « Pour Juste un regard, je trouve qu’on a eu les moyens des ambitions d’Harlan, affirme Virginie Ledoyen, l’interprète du personnage principal. On a bénéficié de conditions extrêmement confortables, c’était très libre. »

Une fois encore, l’auteur (accompagné de son binôme le producteur Sydney Gallonde), s’est occupé de A à Z de l’adaptation télé de son best-seller, de l’écriture au choix des acteurs (citons entre autres Jimmy Jean-Louis, Arthur Jugnot, Thierry Frémont ou encore Julie Gayet). Car Harlan Coben ne se contente pas de prêter son histoire à la chaîne, il fait lui-même partie du package. L’une des clefs du succès.

Efficacité et productivité

« Si toute votre vie n’était qu’un mensonge ? Si l’homme que vous avez épousé quinze ans plus tôt n’est en fait pas celui que vous croyez ? » Voilà en deux phrases le pitch du nouveau cru d’Harlan Coben sur TF1. Une énigme, du suspense et une histoire d’amour, pas forcément très original, mais incontestablement efficace. Et qui s’adapte merveilleusement bien à l’écran. « J’ai toujours pensé que son écriture était cinématographique, estime Thierry Neuvic, quasiment faite pour être adaptée, et plus particulièrement peut-être pour la série. Ce sont des trucs à étages, qu’on peut découper en épisodes ».

Et bonne nouvelle pour TF1 et ses téléspectateurs, des histoires comme ça, le maître du suspense en a encore un paquet. La chaîne en a pour dix ans de mini-séries, facile. Un auteur comme ça, il faut le chouchouter, car tant qu’Harlan Coben écrira, TF1 aura ses audiences assurées. On parie sur un petit 9 millions pour cette nouvelle fournée ?

 

Mots-clés :