Capture d'écran du documentaire «La Face cachée du Front national», diffusé le 15 mars 2017 sur C8.
Capture d'écran du documentaire «La Face cachée du Front national», diffusé le 15 mars 2017 sur C8. - Capture d'écran TVPresse Productions - C8

C8 programmait mercredi une soirée spéciale intitulée La Face cachée du Front national. Au menu, notamment, « l’enquête d’un infiltré » au sein du FNJ (Front national jeunesse) de Nice.

Une séquence du reportage montre un aspirant militant échanger avec Bryan Masson, le président de l’antenne régionale, devant les caméras de journalistes allemands et japonais. « Je ne suis pas raciste… Enfin, peut-être un peu, mais bon », lance-t-il avant que son interlocuteur lui fasse comprendre qu’il ferait mieux de ne pas poursuivre sa phrase.

« Les homosexuels, c’est vraiment pas mon délire »

Quelques instants plus tard, au sujet de Florian Philippot, le vice-président du FN, dont l’homosexualité a été révélée dans la presse, le même sympathisant déclare : « Moi, j’ai eu une éducation à l’ancienne (…), les homosexuels, c’est vraiment pas mon délire, tu vois… » Bryan Masson lui rétorque : « Si c’est pour dire des choses comme ça, tu dis pas ça, d’accord ? » Le président du FNJ niçois est visiblement mal à l’aise, il tentera par la suite de convaincre la journaliste allemande de ne pas diffuser ces images. Comme le souligne le commentaire du journaliste : « Un militant qui déborde face caméra, ça fait tache, en pleine campagne présidentielle. »

>> Lire aussi : Un élu FN veut porter plainte contre le journaliste qui a révélé ses propos négationnistes

Ce documentaire, et notamment cette séquence, a souligné l’indignation du parti frontiste. « Le fameux militant raciste et homophobe du documentaire de C8 est en vérité ingénieur du son pour Canal + ! Lagache [le directeur de l’information et des magazines de la chaîne] est une crapule ! », a notamment réagi Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont en appuyant son propos sur des captures d’écran du compte Facebook d’un certain Kévin.

La preuve dans les rushes

« Ces affirmations sont fausses et sans fondement », se sont défendus, dans un communiqué adressé aux médias ce jeudi après-midi, Guy Lagache et Jacques Aragones, le directeur général de TV Presse Productions, qui a produit le documentaire.

Ils précisent qu’ils disposent dans les rushes d’une « séquence non montée dans laquelle un cadre du FNJ de Nice affirme que c’est un autre cadre, en l’occurrence Benoît Loeuillet, qui a envoyé et recommandé » le sympathisant incriminé pour un entretien. La société de production a aussi enregistré il y a plusieurs jours le profil Facebook de cette personne : « Il ne mentionnait aucun emploi ni employeur. » Et d’ajouter qu’un huissier a constaté ce jeudi matin que ce profil « ne recensait toujours aucune mention d’emploi ni d’employeur. »

En début de soirée, C8 a mis en ligne sur son compte Dailymotion les images en questions. On y voit Bryan Masson avec d’autres hommes, dont les visages ont été floutés, dans les bureaux du FNJ de Nice. L’un d’eux déclare : « Je viens de dire à Benoît Loeuillet [un cadre du FNJ niçois] qu’il avait merdé. Je lui ait fait : « Un Cotorep comme ça, tu nous l’envoies pas. » Quelques secondes plus tard, un autre confirme : « C’est Benoît Loeuillet qui nous l’a envoyé ». Les accusations du FN ne tiennent donc plus. Elles avaient déjà pris du plomb dans l’aile.

« Kévin a voulu tester le FN »

Cyril Martinez, l’un des internautes qui a relayé les captures d’écran a été joint par Le Lab d’Europe 1. Il explique : J’ai été trop hâtif et j’ai immédiatement relayé l’information qui vient d’une discussion [sur un forum de JeuxVidéo.com] (…). [J’ai supprimé mon post] lorsque j’ai vu que son profil n’avait pas ces informations [concernant son emploi et son employeur].  J’ai d’ailleurs immédiatement posté une publication en demandant de la méfiance sur cette information qui est issue d’une source pas forcément recommandable. »

Buzzfeed France a pu s’entretenir avec le père de Kévin. « Il est reconnu handicapé, il a un traitement lourd. Il était étudiant en droit, mais ne peut plus aller à l’université aujourd’hui. Il se cherchait au niveau politique, il a été chez Les Républicains et là il a voulu tester le FN », résume-t-il avant d’expliquer que son fils « n’a jamais été ingénieur du son. Il y a des choses relatives à la musique sur ses profils internet car il fait de la musique de la manière autodidacte. » Il reconnaît aussi que Kévin « a des avis tranchés sur l’homosexualité. Il préfère éviter tout contact avec les gays ».

Mots-clés :