«"Les Français ont du génie" est plus surprenant que "4 mariages pour 1 lune de miel"», promet Valérie Damidot

INTERVIEW La co-animatrice de cette nouvelle émission dédiée aux inventions diffusée dès ce lundi a répondu aux questions de « 20 Minutes »…

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

L'animatrice Valérie Damidot.

L'animatrice Valérie Damidot. — LUDOVIC BARON / TF1

Après la parenthèse Danse avec les stars, Valérie Damidot revient dès ce lundi, à 17 h, sur TF1 dans Les Français ont du génie. Avec le jeune entrepreneur Paul Morlet, elle sillonne l’Hexagone à la rencontre des inventeurs de tout poil pour débusquer l’idée, le gadget ou le concept qui va nous changer la vie.

Vous faites votre retour à la télé en jugeant des inventions. C’est une manière de vous réinventer ?

Je ne veux pas me réinventer, mais prendre du plaisir. Je suis une kiffeuse dans l’âme (rires). J’aime faire des trucs à la télé quand ça me plaît. Là, ça m’amusait d’aller rencontrer les inventeurs, d’être au contact des gens.

« Les Français ont du génie », c’était l’émission à inventer pour célébrer le « made in France » ?

Je ne sais pas mais, en tout cas, j’ai découvert une foule de trucs. J’ai appris que les Français avaient inventé plein de choses et que la France est l’un des pays où l’on dépose le plus de brevets. Je trouve ça bien de mettre ça en avant. C’est dans la continuité de ce que je faisais avec D&Co qui me permettait de montrer le travail des artisans. On voit des gens qui passent leur vie à inventer des objets. Il y a des Géo Trouvetou partout, ils sont passionnés à fond. Certains ont même quitté leur métier pour se consacrer à leurs inventions. J’aime bien les gens comme ça, qui ont quelque chose d’un peu à part.

Et vous, avez-vous déjà inventé quelque chose ?

Non, mais j’aurais bien aimé ! Il est peut-être possible de dire que j’ai remis la déco au goût du jour. Mais, être inventeur, ce n’est pas donné à tout le monde. Ceux que j’ai rencontrés ont une autre logique, une autre façon de penser, ce sont des créatifs. Je peux avoir une idée, mais de là à la concrétiser… je n’ai ni la patience, ni la passion, ni les compétences techniques (rires).

Y a-t-il une invention qui vous a convaincu au point de l’adopter ?

J’ai adoré une appli qui permet de faire des dessins animés, car elle mélange tout ce que j’aime. Elle assume le fait que beaucoup de mômes aujourd’hui utilisent des tablettes, mais elle les ramène à un univers créatif, au coloriage… Les enfants deviennent des Spielberg en herbe. J’ai aussi adopté l’oreiller de voyage. J’ai fait un Paris-Barcelone en décembre, soit six heures de train, et je peux vous assurer que j’ai bien dormi ! (rires.) Je suis vraiment une bonne consommatrice, si c’est bien et pas cher, j’achète !

« Les Français ont du génie » est diffusé sur le créneau horaire qu’occupent généralement « Bienvenue chez nous » et « Quatre mariages pour une lune de miel ». Ce n’est pas trop risqué d’arriver avec une émission dédiée aux inventions, peut-être moins « sexy » sur le papier ?

Je ne sais pas si c’est moins « sexy », en tout cas, c’est plus surprenant. On voit le cheminement des inventeurs, les réactions du public. C’est toujours un défi de lancer une nouvelle émission, mais Les Français ont du génie est un concours comme Bienvenue chez nous ou Quatre mariages pour une lune de miel… On reste dans la même veine, avec de l’humeur et de l’humour.

Les règles du jeu

Du lundi au jeudi, Valérie Damidot et Paul Morlet départagent chaque jours trois inventeurs en fonction de l’originalité et de l’utilité de leurs inventions. Un panel de consommateur attribue aussi ses bons et mauvais points. Le vendredi, les quatre candidats sélectionnés tout au long de la semaine se retrouvent en finale. Pour tenter de remporter 3.000 euros, ils doivent convaincre Léon-Claude Duhamel, inventeur du kway, Sébastien Forest, créateur d’Allo Resto et la femme d’affaire Sandra Le Grand.