Anne-Sophie Lapix et Florian Philippot, la bonne ambiance dans «C à vous»
Anne-Sophie Lapix et Florian Philippot, la bonne ambiance dans «C à vous» - France 5

Anne-Sophie Lapix, l’animatrice de C à vous, a, lundi soir, poussé Florian Philippot, numéro 2 du FN, dans ses derniers retranchements. Dès le début de l’entretien, la tension était manifeste sur le plateau de la quotidienne de France 5.

L’obsession Macron

Alors qu’Anne-Sophie Lapix veut parler des soucis judiciaires de Marine Le Pen, Florian Philippot répond qu’il s’agit d’une vieille affaire et invoque l’immunité parlementaire, avant d’enchaîner sur le candidat Macron. « Je n’avais même pas prononcé le nom de Macron et vous voulez nous en parler, s’étonne l’animatrice. C’est incroyable. Il n’y avait même pas le mot Macron dans les questions que j’avais prévu de vous poser. C’est obsessionnel. Est-ce qu’on peut parler d’autre chose ? »

Comme en 2012 face à Marine Le Pen, Anne-Sophie Lapix pointe les nombreuses dépenses du programme du FN, par exemple en matière d’embauche de fonctionnaires, ou sur le budget de la Défense. S’ensuit une bataille de chiffres et de points de PIB entre les deux, avant que Florian Philippot ne lâche un : « Vous vous trompez, vous demanderez des fiches mieux faites. »

« Vous trouvez que vous êtes élégante ? »

L’intervieweuse, agacée, répond que ce sont ses fiches, qu’elle n’a besoin de personne pour les faire, et souligne que la remarque de son invité était « un peu sexiste, un peu limite ». Là, le ton monte, Philippot la qualifie, avec ironie, de « superwoman », « vous êtes formidable », ce à quoi Lapix rétorque : « Ce n’est pas très élégant. » L’échange vire à l’attaque : « Vous trouvez que vous êtes élégante ? Vous êtes d’une arrogance permanente, vous me regardez avec un mépris terrible, et tout le monde le voit, vous êtes agressive, je ne vous le dis jamais parce que je suis quelqu’un de poli. Ne me faites pas de leçon d’élégance parce que vous n’êtes pas quelqu’un d’élégant. » Un bras de fer de presque une demi-heure.

Mots-clés :