«Les Experts», c'est fini... Pourquoi on ne va pas (trop) les regretter

SERIE TV TF1 programme ce mercredi soir le grand final des « Experts », la série qui a révolutionné, franchisé, uniformisé les séries policières…

V. J.

— 

La team des «Experts» de retour pour une dernière enquête

La team des «Experts» de retour pour une dernière enquête — CBS ENTERTAINMENT

Après 15 ans de bons et loyaux services, Les Experts ont tiré leur révérence dans un relatif anonymat il y a un an aux Etats-Unis, un grand final que TF1 propose ce mercredi soir après l’avoir déprogrammé en mars dernier suite aux attentats de Bruxelles. Si les téléspectateurs et les fans seront au rendez-vous, pas sûr qu’ils soient neuf millions devant leur écran comme à la grande époque. S’il ne fait aucun doute que Les Experts ont révolutionné la série américaine en général, et la série policière en particulier, ils leur ont aussi fait beaucoup de mal. Donc la série est finie, mais c’est pas trop tôt.

>> A lire aussi : La série «Les Experts» tire sa révérence

Toi même l’expert

Lorsque CSI, son titre original, débute à l’automne 2000, les séries de flics, avocats et autres défenseurs de la loi sont déjà légion. Mais Les Experts révèle au monde l’existence… bah… des experts. Ces métiers de l’ombre, ces chaînons manquants de la machine judiciaire, ici la police scientifique. Son succès immédiat ouvre la boîte de Pandore, aux unités, bureaux, sections et autres départements spéciaux.

Ce sont la section criminelle de la police militaire de la marine (NCIS), le laboratoire médico-légal de l’institut Jefferson (Bones), le département des sciences du comportement du FBI (Esprits criminels), le bureau des disparitions Inquiétantes (Adresse inconnue), etc. La plupart de ces teams d’experts sont réels, mais sinon pas grave, il suffit de les inventer comme Scorpion et son unité du département de la Sécurité intérieure formée autour d’un génie au QI de 197. Parce que pourquoi pas. Même le reboot de MacGyver s’y met, puisque notre homme couteau-suisse est maintenant flanqué d’une équipe, au sein de laquelle on retrouve l'« expert » George Eads.

>> A lire aussi : Êtes-vous un expert des «Experts»?

Franchisation ou uniformisation ?

Les Experts n’est pas la première série à se décliner en spin-off, New York, Police judiciaire aka Law & Order la devançait dès 1999 avec New York, Unité spéciale puis deux ans plus tard avec New York, Section criminelle. Mais dans les années 2000, Les Experts s’est imposée comme une marque encore plus puissante, du moins en France, avec Les Experts : Miami, Manhattan et Cyber. La même formule est répétée jusqu’à l’écœurement, ou épuisement, avec son leader charismatique (ou tête à claques, c’est selon), ses montages épileptiques, ses filtres de couleur, sa violence esthétisée et ses affaires tirées par les cheveux - le cheveu et l’ADN sont d’ailleurs les vraies stars de la franchise.

800 épisodes plus tard, rien ne ressemble plus à une épisode des Experts d’un épisode des Experts : Miami. Ou un épisode de NCIS. En effet, cette dernière est aujourd’hui le nouveau CSI, la nouvelle série la plus regardée aux Etats-Unis, et compte déjà deux spin-off. Si la déclinaison et franchisation est presque aussi vieille que la télévision, elle semble devenir un modèle imposé : Chicago Fire, Once Upon a Time, Vampire Diaries ou Agents of SHIELD ont tenté le coup, avec plus ou moins de réussite.

>> Quiz: Êtes-vous incollable sur les séries policières?

The CSI Syndrome

Si les inscriptions au club de volley et à l’école de médecine ont augmenté après la diffusion, respectivement, de Jeanne et Serge et Urgences, Les Experts a eu de tout autres conséquences sur les téléspectateurs et la réalité. Les observateurs les regroupent et désignent comme le « CSI syndrome ». Par exemple, les jurés d’un procès ont eu tendance à demander toujours plus de preuves scientifiques, tandis que les criminels se sont mis à beaucoup plus détruire ces mêmes preuves : poils, cheveux, fibres… Tiens, une idée de série : « Les Experts criminels », mix des Experts et d’Esprits criminels !

Les qui ?

« Who are you ? Who, who, who, who ? I really wanna know » Tiens, le générique des Experts ? Ah non. Non et non, il s’agit avant et surtout d’une chanson des Who. Chaque série de la franchise utilisera d’ailleurs un titre du groupe comme générique et marque de fabrique (Won’t Get Fooled Again pour Miami, Baba O’Reily pour Manhattan et I Can See for Miles pour Cyber), au point qu’une bonne partie des téléspectateurs oublient souvent que derrière se cache l’une des groupes les plus emblématiques de l’histoire du rock. Au risque de passer pour un vieux con (mélomane), il était bon de le rappeler. Et de le voir une dernière fois à la télé ce soir, ou de l’écouter en intégralité ici.

 

Mots-clés :