VIDEO. Yann Moix dénonce «une phrase de salaud» de Patrick Sébastien

CLASH Le chroniqueur s'en est pris l'animateur de France 2 en raison d'une phrase justifiant, selon lui, les violences sur les enfants...

N.Beu.

— 

Yann Moix, chroniqueur dans On n'est pas couché sur France 2.

Yann Moix, chroniqueur dans On n'est pas couché sur France 2. — France 2

Entre un compliment et une critique de Yann Moix, la distinction est parfois mince. Quelques virgules, parfois quelques secondes. Samedi soir, face à Patrick Sébastien, le chroniqueur d’On n’est pas couché a une nouvelle fois fait montre de tout son talent pour faire basculer l’humeur d’un plateau télé de la sérénité à la tension.

Après avoir tressé les louanges du livre de l’animateur, Le vrai goût des tomates mûres (« Ce livre n’est pas si mal que ça »), Moix a abordé un sujet qui lui tient à cœur : les violences sur enfant (à 27' et des poussières). La raison de son courroux : un passage du livre de Patrick Sébastien dans lequel ce dernier évoque la « nostalgie du temps de la violence light », un concept englobant les « bastons des bals musettes » comme les « coups de martinet sur les fesses ». Le chroniqueur a d’abord expliqué que cette phrase l’avait mis « mal à l’aise » en raison de l’amalgame qu’elle fait, selon lui, entre les violences à l’encontre des enfants et les « bastons » de deux adultes « bourrés ». Avant de lancer, plus tard : « Cette phrase est la phrase d’un salaud ! ».

Le martinet de la discorde

Patrick Sébastien a évidemment répondu à l’attaque. L’animateur du Plus grand cabaret du monde a reproché à Moix son envie de faire le show (« T’as cherché ton truc, tu vas l’avoir » puis « On va le prendre très calmement puisque tu m’as traité de salaud. Tu n’arriveras pas à me faire péter un câble parce que ce n’est pas ma nature »). Puis il s’est montré vindicatif à son tour en raillant la « simplicité d’esprit » et la « bêtise profonde » de son interlocuteur.

Sur le fond, Sébastien a expliqué que les gifles reçues de son père lorsqu’il était enfant ne lui ont pas fait de mal. Ce à quoi Moix a répondu que « la violence sur les enfants fabrique des êtres faibles et détruits ». Le chroniqueur parle d’expérience, lui qui dit avoir été battu par son père étant enfant.