Deux jeunes recrues de «Garde à vous» (M6) se font couper les cheveux.
Deux jeunes recrues de «Garde à vous» (M6) se font couper les cheveux. - PIERRE OLIVIER - M6

« On efface les sourires » et « on dit : "oui patron !" » Marius n’est pas là pour rigoler. Cet ancien instructeur des commandos marine charismatique a pour mission d’encadrer dix-neuf jeunes qui ont accepté de vivre l’expérience du service militaire des années 1970 pendant trois semaines. Sans aucune pause hors caméras. Les garçons, âgés de 18 à 25 ans, se sont tous retrouvés au Fort de Charlemont (Ardennes) pour cette expérience inédite en France que propose Garde à vous, adaptée de l’émission britannique Lad’s army. M6 a annoncé ce mardi que le premier épisode serait diffusé le mardi 16 février, dès 20h55

« Ça t’apprendra la vie »

Au programme : parcours éprouvants, pompes, douches de trois minutes, toilettes à « la turque », menus peu ragoûtants, couvertures qui grattent et zéro confort. Et bien sûr, plus de smartphone. Le dur quotidien du militaire, tel qu’on l’imagine, prend vie à l’écran. Ces images « du réel » sont entrecoupées d’archives « pour montrer à quoi ça ressemblait à l’époque ».

Mais pourquoi ces jeunes ont-ils accepté de s’infliger ça ? « Mes parents m’y ont poussé. Je veux prouver que je peux être un adulte », explique l’un des garçons en arrivant devant le fort. Un autre souhaite « découvrir ce qui m’a été raconté par mes oncles ». Une maman glisse à son rejeton, quelques secondes avant de le laisser filer (droit) : « Ça t’apprendra la vie. Ça t’apprendra que tout n’est pas acquis. »

Plusieurs abandons

L’objectif de Garde à vous ? Frédéric de Vincelles, directeur général des programmes de M6, évoque le service militaire comme un « outil d’intégration » et une manière de s’approprier les « valeurs républicaines ». Marius pense à la solidarité, au dépassement de soi, à la persévérance.

« Tout est crédible et réaliste [dans l’émission]. Le contexte est authentique », assure la société de production Studio 89. Marius acquiesce : « Les images de l’émission sont fidèles à ce que j’ai vécu. Les équipes se sont adaptées à mon programme. » Il explique qu’il y a « un certain pourcentage de jeunes qui sont venus au départ faire de la télé », mais qui finalement « ont totalement oublié les caméras » tellement ils se donnaient à fond. Il va même plus loin en affirmant que certains candidats étaient transformés à l’issue du tournage.

Ces trois semaines ont certainement été les plus longues de leur (jeune) existence. Entre la discipline, les exercices physiques corsés et les dortoirs spartiates, il fallait s’accrocher. Certaines recrues n’ont pas réussi à s’adapter à son programme intense et ont quitté l’émission avant la fin, a confié la production sans en dévoiler davantage. Pour Marius, le plus dur pour eux a été « la vie en collectivité », mais surtout de devoir « écouter ».

Mots-clés :