Arthur, Messmer, Rayane Bensetti, Christophe Beaugrand sur le plateau de Stars sous hypnose sur TF1
Arthur, Messmer, Rayane Bensetti, Christophe Beaugrand sur le plateau de Stars sous hypnose sur TF1 - L.Zabulon

Laury Thilleman se retrouve mariée sans le savoir, Christophe Beaugrand se prend pour un enfant de 2 ans, Rayane Bensetti oublie tout et tout le monde… Les «stars» de l’émission d’Arthur Stars sous hypnose vont encore être mises à rude épreuve volontaire, vendredi soir sur TF1. L’hypnotiseur Messmer, surnommé par certains le «Fascinateur», récolte d’autres surnoms, moins flatteurs, dans la communauté des hypnotiseurs médicaux.

«C’est tellement efficace que tout le monde veut en faire. Mais quand ça sort du cadre, que c’est pratiqué par quelqu’un d’autre qu’un professionnel de santé, ça devient toxique», explique le docteur Jean-Marc Benhaiem, responsable du diplôme universitaire d’hypnose médicale à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. C’est comme ça depuis des siècles, à chaque fois que l’hypnose revient à la mode. Sous Louis XVI, la commission royale sur le magnétisme animal, l’ancien nom de l’hypnose, avait estimé que la pratique devait être réservée à un usage médical.»

Toujours les mêmes ficelles

Comme de nombreux membres de la communauté des hypnotiseurs médicaux, le docteur Benhaiem juge l’émission de TF1 «ridicule et nuisible» pour sa spécialité. «C’est comme cela, nous sommes des êtres malléables. Quand notre influençabilité est une occasion de rire et de moquer, ce n’est pas très gratifiant.»

L’hypnose comme spectacle n’a pas attendu TF1 et est un numéro courant de music-hall. Les ficelles sont toujours les mêmes. «Il y a deux phases dans l’hypnose. La première consiste à rendre la personne malléable et souple pour la faire changer de certitudes ou d’habitude. Elle est alors vulnérable, confuse. La deuxième phase, thérapeutique, consiste à aider les gens à trouver une nouvelle place dans l’existence, grâce à cet état. Au music-hall, ou dans l’émission de TF1, on s’arrête à la première phase, la phase docile, de déstabilisation.»

Les artistes, ces marionnettes idéales

Mais le docteur Benhaiem estime que TF1 use d’une autre falsification: «Il y a un malentendu. Les stars hypnotisées dans cette émission font partie des 5 à 6% de personnes hyper suggestives avec qui on peut jouer comme des marionnettes. Les artistes ont l’habitude de changer de rôle, d’être en représentation. Ça en fait des personnes très sensibles à l’hypnose. C’est plutôt une qualité d’ailleurs. Mais ce n’est pas le cas de l’immense majorité de la population.»

En ce moment, l’hypnose médicale est très utilisée pour combattre les douleurs aiguës, au bloc opératoire ou pour les accouchements par exemple, et les addictions, comme le tabagisme ou les troubles du comportement alimentaire. «Nous avons de très bons résultats. Ça aide à chasser l’angoisse.» On est loin du spectacle proposé par TF1 qui promet aux téléspectateurs de découvrir «Gil Alma qui se prend pour un maître Kung Fu et parle chinois».

Mots-clés :