L'humoriste Aymeric Lompret dans l'émission de France 2 «On n'demande qu'à en rire».
L'humoriste Aymeric Lompret dans l'émission de France 2 «On n'demande qu'à en rire». - CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

L’humour d’Aymeric Lompret ne plaît pas à tout le monde. Même lorsque le troisième degré est évident. Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a interpellé, à travers un communiqué, le PDG de France Télévisions à propos du dernier sketch de l’humoriste dans l’émission de France 2 «On n’demande qu’à en rire». Un sketch faisant écho aux déclarations de Christiane Taubira, qui avait proposé dans le JDD du 12 mai une «politique du foncier pour les descendants d’esclaves». Il a «suscité un certain malaise», écrit le Cran, citant plusieurs passages: «Je suis d’accord, l’esclavage, c’est choquant, mais qu’est-ce qui était pire pour les noirs, l’esclavage ou Saga Africa?» ou encore: «Elle a dit qu’il fallait rendre la terre aux esclaves… C’est complètement con, qui c’est qui va ramasser nos poubelles, après? (huées du public)».

«Evidemment, Aymeric Lompret pourra toujours dire qu’il fallait entendre ce sketch au second degré et qu’il se moque non pas des descendants d’esclaves, mais de ceux qui se moquent des descendants d’esclaves, reconnaît le Cran. Mais est-il certain que tout le monde ait ri pour les raisons qu’il présuppose?» Pour le Conseil représentatif des associations noires, le sketch a aussi «fait rire les racistes, les renforçant dans leurs stéréotypes». Il déplore que la question des réparations relatives à l’esclavage soit «souvent traitée soit par le mépris, soit par la dérision» et affirme que «le service public ne joue guère son rôle à cet égard». Le Cran veut aujourd’hui rencontrer Rémy Pflimlin et «demander que France Télévisions respecte sa mission de service public». Il souhaiterait que France 2 s’engage à programmer une émission sérieuse sur le sujet, à une heure de grande écoute.    

>> Et vous, ce sketch vous a-t-il mis mal à l’aise? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.

Mots-clés :