Pascale et son fils Morgan, candidats de la saison 2 de «Qui veut épouser mon fils?».
Pascale et son fils Morgan, candidats de la saison 2 de «Qui veut épouser mon fils?». - AGENCE / BESTIMAGE

Alice Coffin

Vendredi dernier, à la même heure, la soirée télé offrait deux moments de poésie. Sur France 2, dans Vous trouvez ça normal, Nicolas Bedos faisait le lien entre Clémentine Autain et les ménopausées de gauche, avant de lui asséner un «Ta gueule». Sur TF1, «Qui veut épouser mon fils?» rappelait que, oui, en 2012, on peut comparer les filles au caviar ou au pâté de foie en boîte.

Ces deux émissions progressistes sont de retour ce vendredi soir. Mais la télé propose aussi de se pencher sur «Le populisme au féminin sur LCP». Marine Le Pen, en France, Céline Amaudruz, en Suisse, Siv Jensen, en Norvège, Anke Van Dermeersch en Belgique ou Krisztina Morvai, en Hongrie, portent toute dans leur pays des mouvements aux idées racistes, sexistes et rérogrades.

 

France 5 propose de redécouvrir le parcours d’Anouk Aimée. Celle à qui Jean-Louis Trintignant se dit: «c’est extraordinaire qu’une femme belle vous envoie un télégramme comme ça» dans «Un homme et une femme».

Samedi soir, on célèbre Clémenceau. Avant de gagner le surnom de «Père la Victoire» pendant la Première Guerre mondiale, il fut lui aussi ministre de l’Intérieur ou journaliste. Un téléfilm retrace son parcours sur France 3 samedi à 20H45.  Sur Arte, on célèbre aussi la Grande Guerre, ou plutôt son armistice, avec «1918, les fêtes de la victoire à Paris, Londres, Washington», samedi à 17h40. Sur TF1 et France 2, on sera en quête d’autres triomphes, en rugby à 21h pour France-Australie, en spectacle à 20H50 avec «Danse avec les stars».

Dimanche, jour d’apaisement, avec un «Plus Belle la vie, la collec» à 20H40  sur France O ou une plongée en eaux profondes dans «Le Grand Bleu» à 20h45 sur Gulli.