Un sursis pour les campements roms

2 contributions
Publié le 30 août 2012.

JUSTICE - Un groupe de travail sera mis en place cette semaine pour trouver de nouvelles solutions...

Rendez-vous le 11 septembre. Sans surprise, mardi matin, le tribunal de grande instance de Strasbourg a reporté l’audience en référé introduit par la ville et la CUS concernant le démantèlement de quatre campements illégaux de Roms à Strasbourg, les deux parties s’étant entendues au préalable sur ce report. Il s’agit du deuxième depuis le début de la procédure. Ce nouveau délai accordé par le tribunal est salué par Dominique Steinberger, président de l’association Arpomt et membre du collectif d’associations* soutenant les 110 personnes menacées par l’expulsion et à l’origine de la demande de report : « C’est une première victoire dans l’absolu, ça va permettre aux familles de rester sur leurs campements ». Son homologue chez Emmaüs-Mundolsheim, Thierry Kuhn, rappelle toutefois que « c’est l’annulation pure et simple de la procédure qui est attendue ». Néanmoins ce laps de temps va permettre au collectif et à la ville de Strasbourg de constituer un groupe de travail, pour trouver de nouvelles solutions pour ces familles. « Les choses avancent un peu, indique Dominique Steinberger. La ville nous a promis que ce sera mis en place cette semaine. On visitera ensemble des terrains et on verra leurs aménagements .»

« Faciliter le transfert »

Ce groupe sera ainsi composé du collectif d’associations, de représentants Roms et d’élus strasbourgeois. « On va faciliter le transfert des occupations sur d’autres sites, de façon progressive et pacifiques, assure Christian Spiry, conseiller municipal de Strasbourg délégué au logement et à la lutte contre la précarité. Des terrains, à proximité de la ville, mais loin des résidences et où il sera possible d’avoir accès à l’eau et l’électricité, sont déjà identifiés. » Selon l’élu, chaque association œuvrera dans son domaine (nourriture, santé, etc.). « Nous souhaitons une solution globale sur le long terme, avec des logements, de la formation et un accompagnement social », précise Thierry Kuhn, qui n’attend par ailleurs « pas de miracle » d’ici à l’audience du 11 septembre.

*Médecins du Monde-Strasbourg, Emmaüs-Mundolsheim, Arpomt, Cercle Menachem Taffel, Latcho Rom.

Alexia Ighirri
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr