un premier jour au rabais

0 contributions
Publié le 28 juin 2012.

soldes Affluence timide au centre de marques de Roppenheim

On attendait la foule, voire des bouchons, comme lors de l'inauguration du Centre de Marques, mais ce mercredi s'est avéré très calme. « Franchement, on est surpris », glisse ainsi un vendeur de la boutique Nike. « Si c'est calme à 11 h, ça le sera toute la journée », prophétise un autre de chez Desigual. Preuve qu'il connaît bien son secteur, on ne se bouscule pas dans les allées du Village.
Finalement, c'est plus une journée de balade que sont venus chercher les badauds. Eric, devant la poussette, attend sa femme, ils sont venus « avec les enfants pour se promener ». Myriam, elle, est venue seule… ou presque. « J'ai emprunté la carte de mon mari. Il n'y a pas vraiment de limite, mais je suis surtout là pour habiller les enfants. »

Une autre ambiance
C'est finalement un esprit beaucoup plus familial qui anime Roppenheim, en comparaison avec le centre de Strasbourg, bondé dès les premières heures de la journée. Ici, on vient en couple, parce que ces messieurs ont aussi leur mot à dire, à l'image de Yannick : « J'ai un œil très critique ! Elle ne peut pas acheter ce qu'elle veut… » Carine rigole, car elle aussi se mêle des affaires de son homme. Autre duo, Lucie et Mathieu. Eux sont venus de Strasbourg pour y passer la journée. Une raison à cela : selon Mathieu, « il y a plus de magasins pour hommes ici. D'ailleurs, le matin, on fait les boutiques pour moi, et cet après-midi, ce sera pour elle. » Là aussi, pas question de laisser l'autre faire ce qu'il veut. S'ils s'accordent bien au niveau vestimentaire, Lucie affirme qu'elle ne le laissera « pas porter un truc vraiment moche. Bon… Si vraiment il adore, il le prendra quand même, mais j'ai mon avis à donner ! »
Après deux mois d'ouverture, le centre de Roppenheim semble s'essouffler, passé la période de curiosité. Les vendeurs attendent tous le test du samedi. Pour les acheteurs, c'est bon de pouvoir flâner sans la cohue habituelle.

sébastien ruffet
tout le monde n'a pas le droit de solder

Dans les allées du centre de marques, certains magasins ne soldent pas. Pourquoi ? « Il faut être ouvert depuis au moins quatre semaines, explique Aurélien Abdelhafidh, responsable retail chez Mizuno. Nous, on a ouvert samedi, donc on peut faire une offre d'ouverture, mais limitée à deux semaines. » A noter qu'il s'agit là du seul magasin de la marque en Europe.

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr