René Vogel, le directeur de Regain.
René Vogel, le directeur de Regain. - G. Varela / 20 Minutes

« Quand les femmes sont seules, elles sont plus vulnérables, alors que dans une colocation, on s'occupe de l'autre, on s'en préoccupe », explique Iwona Cichaleswka. Cette psychothérapeute vient de lancer un appel à celles qui, isolées, souhaitent vivre à trois dans des appartements loués à cette fin à Strasbourg et dans le département. Aucun critère d'âge ou de revenu n'est prévu. Le dispositif s'adresse « aux femmes qui se retrouvent seules après un divorce, le départ des enfants, du chômage ou tout autre accident de la vie ». Son but : « leur permettre de rompre leur solitude et de créer des liens pour prendre un nouveau départ », précise René Vogel, le directeur de Regain, une association d'aide aux femmes battues, partenaire du projet.

Cent appartements d'ici à 3 ans
« Notre objectif est de parvenir à créer cent colocations solidaires d'ici à trois ans et ainsi de soutenir 300 femmes », avance Iwona Cichalewska. Pour ce faire, l'association Regain pourrait mettre à disposition deux appartements dès la rentrée. « Nous avons aussi des contacts avec des propriétaires privés et des bailleurs sociaux se sont dits intéressés, pointe René Vogel. Afin de leur offrir des garanties, Regain sera le locataire de l'appartement puis établira un contrat de sous-location avec ces femmes qui paieront le loyer et les charges. » Selon lui, « grâce aux allocations », chaque colocataire ne paiera pas plus de 100 à 150 € par mois.P. W.