La gauche brigue les trois circonscriptions de Strasbourg.
La gauche brigue les trois circonscriptions de Strasbourg. - G. Varela / 20 Minutes

Philippe Wendling

La gauche a enregistré, dimanche, une forte poussée à Strasbourg. Sans grande surprise, le député PS Armand Jung (41,89 %) sort en tête des urnes dans la 1re circonscription, avec 13 % d'avance sur l'UMP. Plus étonnant, la Verte Andrée Buchmann (36,71 %) talonne, de 469 voix, André Schneider (38,04 %) dans la 3e circonscription. Une révolution dans ce bastion de la droite ? « Non, la suite logique d'un gros travail sur le terrain », estime l'écologiste soutenue par le PS. « Je reste tout de même en tête, rétorque son rival UMP. Le score n'est qu'un effet logique de la présidentielle. » Même son de cloche dans la 2e circonscription, où l'UMP Jean-Philippe Maurer (34,04 %) pourrait perdre son siège au Palais Bourbon au profit du PS Philippe Bies (37,62 %). « Le résultat est le reflet du scrutin national », dit-il, quand son adversaire parle, lui, d'une « nouvelle dynamique conduite par une équipe ouverte face à un député qui s'est isolé ».

Draguer l'abstentionniste
« La clé du second tour va reposer sur les abstentionnistes », poursuit Jean-Philippe Maurer, dont la circonscription affichait, dimanche, un taux de participation de 54 %. « Les partisans de François Hollande sont allés voter pour lui donner une majorité à l'Assemblée nationale, mais des déçus de la défaite de Sarkozy se sont abstenus, estime-t-il. A nous de leur faire comprendre qu'ils doivent voter pour qu'il n'y ait pas une mainmise totale de la gauche, qui tient déjà l'Elysée, la ville et la CUS. » Pas question, en revanche, pour André Schneider, de « négocier avec un autre parti politique », notamment le FN. Du côté du PS, on appelle au rassemblement du centre et de la gauche autour de la notion de « progrès ». Le Vert Eric Schultz a ainsi déjà appelé à « voter pour Philippe Bies ».