Cinq carrefours offrent, depuis 2008, la possibilité de tourner à droite quand le feu est rouge.
Cinq carrefours offrent, depuis 2008, la possibilité de tourner à droite quand le feu est rouge.

Philippe Wendling

A la suite d'un test mené dans cinq artères depuis 2008 et de la publication en janvier d'un décret national autorisant leur extension, la ville va généraliser le tourne-à-droite. Le dispositif, signalé par un panneau, permet aux cyclistes de tourner à droite au feu rouge, à condition de céder le passage aux piétons et au trafic général. Si le carrefour est en T, ils peuvent aussi continuer tout droit. Une soixantaine de nouveaux croisements seront concernés d'ici à la fin de l'été, dont ceux des rues Schongauer et Haslach, ou de l'avenue de Colmar et de la rue Offenstein. Les premières signalétiques seront posées dans quinze jours.

Respecter les règles
« En concertation avec l'association de cyclistes Cadr 67, nous avons retenu les carrefours ne posant pas de risques de dangerosité », explique l'adjoint (PS) Olivier Bitz, pointant qu'aucun accident n'a été à déplorer aux croisements testés depuis quatre ans. « Avec le boom de la pratique du vélo, il était nécessaire de le généraliser, estime Fabien Masson du Cadr 67. Il fluidifie le trafic et offre un confort au cycliste qui n'a plus besoin de s'arrêter. » Le spécialiste ne le cache pas, la mesure va aussi « légaliser » des habitudes illicites. Mais attention, prévient Olivier Bitz, le tourne-à-droite « ne signifie pas qu'un cycliste peut griller le rouge impunément. Il est soumis au code de la route. Nous resterons vigilants. » Le parquet de Strasbourg, en lien avec la mairie et la police, planche d'ailleurs à « mieux adapter les sanctions » pour les cyclistes, c'est-à-dire à définir des montants d'amendes moins élevés que ceux appliqués aux usagers motorisés de la route. Le but : « verbaliser mieux et plus », résume l'élu, selon qui la réflexion devrait aboutir avant la fin de l'année.

Dans la CUS

D'autres communes de la CUS réfléchiraient à recourir au tourne-à-droite pour les vélos. Parmi elles, Hoenheim et Oberhausbergen.