Plus d'emplois dans les restaurants.
Plus d'emplois dans les restaurants. - G. Varela / 20 Minutes

Arnaud Guiguitant

Une bonne nouvelle sur le front de l'emploi en Alsace. Quelque 4 000 postes ont été créés dans le Bas-Rhin entre juin 2010 et juin 2011, soit un marché en progression de 1,2 %.Parmi les secteurs professionnels qui profitent le plus de ce rebond, le tertiaire sort son épingle du jeu avec un recrutement en hausse de 3,1 % dans les hôtels, cafés et restaurants de la région. « On peut aussi se féliciter d'une augmentation dans les activités juridiques (+2,6 %) et informatiques (+2,5 %). Seuls le commerce et le transport perdent de l'emploi (-0,2 %) », détaille Isabelle Lustig-Arnold, la directrice de l'Urssaf du Bas-Rhin, qui présentait, hier, ses statistiques.

« Plus de visibilité sur l'avenir »
Autre signe de la reprise, la réduction des postes trouvés en intérim, au profit de contrats plus stables, même si 6 embauches sur dix concernent des CDD inférieurs à un mois. « L'intérim recule, mais il reste néanmoins l'élément moteur de la croissance de l'emploi. Sur les 4 000 postes créés, il en représente environ 2500 », poursuit la directrice. Selon son homologue du Haut-Rhin, Pierjan Dassé, le transfert d'emploi de l'intérim vers des « CDD ou CDI » « montre que les entreprises ont plus de visibilité sur l'avenir », explique-t-il.
Les effets de la crise, amorcée en 2008, se font toutefois sentir dans certains secteurs, notamment industriels. Pour preuve, 13 500 postes ont été supprimés ces trois dernières années en Alsace. Une hémorragie stabilisée, puisque l'emploi tend à redémarrer (+0,1 %).

Salaire moyen ?

Un salarié du privé, travaillant à Strasbourg, gagne en moyenne 2 306 € brut par mois, selon l'Urssaf. Viennent ensuite les salariés de Wissembourg (2 303 €) et de Haguenau (2 263 €). Seuls ceux de Saint-Louis gagnent plus avec 2 435 €.