Une photo de poumon noirci.
Une photo de poumon noirci. - G. Varela / 20 Minutes

Philippe Wendling

A partir d'aujourd'hui, les buralistes ne sont plus livrés que de paquets de cigarettes ornés de clichés de poumons noircis, de dents pourries... Rendues obligatoires par l'arrêté Bachelot d'avril 2010, les illustrations visent à dégoûter de la clope les accros et à dissuader les jeunes de commencer. Pour les débitants alsaciens, la mesure est dure à avaler.

Une question de prix

«Après les augmentations, notamment celle de novembre [+6 %] , on nous remet une louche », lâche Nicole Kadjou, présidente départementale de la chambre syndicale des débitants. Sa crainte, que toujours plus de fumeurs traversent le Rhin pour s'approvisionner en Allemagne, où certains paquets de 19 cigarettes sont vendus 4,70 euros, quand d'autres de 20 sont à 5,90 euros en France. Depuis la première forte hausse des tarifs en 2002, 80 bureaux de tabac, sur environ 450, ont baissé le rideau dans le département.

Avec toutes les séries sur les hôpitaux à la télé, ils sont habitués à voir des trucs gores.»


«S'ils paient moins cher et n'ont pas à subir ces photos, les clients ne vont pas se gêner pour passer la frontière. Dans le Nord, les gens continuent à aller en Belgique même si les photos existent », poursuit Nicole Kadjou. « Tout cela n'est qu'hypocrisie, ajoute Isabelle Bleeker, propriétaire du Tabac Sofitel, rue Thomann. L'Etat dit que ce n'est pas bon de fumer, alors qu'il interdise la vente de tabac. Un fumeur ne s'arrêtera pas à cause de photos, quand il n'arrive déjà pas avec des patchs. Des clients m'ont dit qu'ils allaient garder les anciens étuis et y transvaser les cigarettes des paquets avec photos.» Des réguliers du Tabac du Faubourg-de-Pierre ont, eux, «prévu de collectionner les images, explique sa gérante, Bruna Pistis. Avec toutes les séries sur les hôpitaux à la télé, ils sont habitués à voir des trucs gores.»


A la sortie d'un tabac, Marc, qui fume trente cigarettes par jour, nous interpelle: «Je les achète à Strasbourg quand je suis pressé, sinon en Allemagne. Vivement que le tram rejoigne Kehl [2015], ce sera encore plus simple et moins cher d'aller en acheter.»

>> Retrouvez notre diaporama des images choc sur les paquets de tabac par ici