Xavier Darcos impose sa pédagogie

Il ne compte pas laisser ses projets au fond de son cartable. En visite dans l'académie, Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, a justifié une fois de plus hier la suppression annoncée pour septembre de 11 200 postes d'enseignants et de pe...

Philippe Wendling - ©2008 20 minutes

— 

Il ne compte pas laisser ses projets au fond de son cartable. En visite dans l'académie, Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, a justifié une fois de plus hier la suppression annoncée pour septembre de 11 200 postes d'enseignants et de personnels des écoles. « Cela ne changera rien pour vous, a-t-il lâché aux membres du conseil académique de la vie lycéenne de Strasbourg, réunis au lycée Louis-Marchal de Molsheim. A la rentrée prochaine, nous aurons en moyenne 28 élèves par classe et nous ne changerons pas l'offre éducative. » Ainsi, selon lui, pour obtenir de meilleurs résultats scolaires, la question ne se limite « pas à une heure de cours de plus ou une de moins, à un prof de plus ou un de moins ». Et des financements supplémentaires, comme l'auraient apportés sans succès ses prédécesseurs pendant trente ans, ne serviraient à rien.

« Je vous assure qu'en vieux connaisseur de la maison, c'est moi qui ai raison », a-t-il lancé, en guise de réponse aux 150 lycéens en colère venus l'accueillir devant l'établissement molsheimois. Tenus à distance du ministre par une dizaine de gendarmes, leurs invectives ont à peine perturbé sa visite. « Je suis venu discuter avec des gens qui ont des choses à dire, pas avec des porteurs de pancartes et de slogans, a déclaré Xavier Darcos. Je n'ai pas l'intention de me laisser impressionner par de vieilles fadaises idéologiques. » Bien que se disant « ouvert au dialogue », il n'a reçu aucune délégation, préférant laisser le soin à un représentant du rectorat de rencontrer des membres de l'Union nationale lycéenne (UNL).

Mots-clés :

Aucun mot-clé.