Strasbourg: Piétons, votre temps est compté, l'expérience au feu rouge est étendue

SECURITE Le décompteur piétons est expérimenté à Strasbourg depuis 2014. Cinq nouveaux vont être installés dans la ville. La collectivité espère que cette initiative sera définitivement inscrite au Code de la route…

Gilles Varela

— 

fDécompteur piéton rue du Maire Kuss. Strasbourg le 12 janvier 2018.

fDécompteur piéton rue du Maire Kuss. Strasbourg le 12 janvier 2018. — G. Varela / 20 Minutes

  • Avant le décompteur piétons, c’est à Strasbourg que le sas vélo et le tourne à droite ont également été expérimentés.
  • Le décompteur piéton est jugé utile pour 88 % des personnes interrogées.

Il vous a intrigué, amusé, informé, peut-être sauvé. D’autres arrivent… Depuis 2014, Strasbourg expérimente, avec l’autorisation du ministère des Transports, un décompteur piétons à l’intersection du quai des Bateliers et du pont du Corbeau. Une première en France lancée dans le cadre de la mise en œuvre du Plan piéton, en 2012.

Une expérimentation dans la lignée d’autres initiatives, comme aime le rappeler l’adjoint au maire en charge des mobilités alternatives Jean-Baptiste Gernet. En effet, « c’est à Strasbourg que l’on doit le “ tourne à droite” au feu rouge pour les cyclistes, une mesure inscrite à présent au Code de la route ou bien encore le “ sas vélo” de sécurité pour les cyclistes au feu rouge. »

>> A lire aussi : «Une vélorue? C'est quoi ça, encore?»

Des résultats peu probants mais

Et les premiers résultats de l’expérimentation du décompteur du pont du Corbeau viennent d’être livrés. S’ils ne sont pas probants, le ressenti des personnes sondées autorise à prolonger l’expérimentation et même de l’étendre : cinq nouveaux décompteurs piétons viennent d’être en effet installés : route du Polygone, rue de Boston, rue du maire Kuss, route de Vienne et avenue de l’Europe. Si seulement 3 à 5 % de personnes en moins ont traversé au feu rouge, près de 10 % ont un meilleur placement sur le passage piéton. Pas de quoi révolutionner le Code la route donc, et pourtant. Car paradoxalement, le décompteur piétons est jugé utile pour 88 % des personnes interrogées et 64 % des piétons affirment que l’affichage les incite à modifier leur comportement. Pour la plupart – 75 % –, l’information les incite à patienter…

>> A lire aussi : Des feux à décompte pour les piétons testés à Strasbourg

Pour des raisons administratives mais aussi pour affiner l’expérimentation, deux types de décompteurs sont mis en place. Les décompteurs de temps d’attente « rouge piéton », et le décompteur de temps restant « vert piéton » avec toujours pour objectif de renforcer la sécurité des piétons en les incitant à ne pas traverser hors de la période de vert grâce à l’indication de temps, mais aussi, tout simplement, à rendre un confort aux usagers et les inciter, toujours plus encore, à utiliser les modes de transports doux…