Grand Est: Fin du monopole pour la SNCF, la région va ouvrir ses TER à la concurrence

TRANSPORTS Le conseil régional du Grand Est a annoncé l'ouverture à la concurrence des trains régionaux en 2021. Mais ce sera après Provence-Alpes-Côte d'Azur, contrairement à ce qu'annonce David Valence...

A.I.

— 

La SNCF annonce une amélioration du trafic TER pour mardi malgré l'appel à la grève de deux organisations syndicales (CGT et Sud Rail). (Illustration)

La SNCF annonce une amélioration du trafic TER pour mardi malgré l'appel à la grève de deux organisations syndicales (CGT et Sud Rail). (Illustration) — G. VARELA /20 MINUTES

« Nous sommes les premiers à avoir réuni les conditions pour ouvrir une partie du réseau à la concurrence », s’est prévalu David Valence, au micro de  France Bleu Alsace jeudi matin. Il a peut-être échappé au vice-président de la région Grand Est en charge des mobilités que cela sera déjà effectif dans moins d'un mois en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

A partir du 1er février, les abonnés au TER azuréen pourront, en plus des trains SNCF, embarquer dans ceux de la compagnie italienne Thello.

>> A lire aussi : La région Paca veut être la première à ouvrir les TER à la concurrence

Bon allez, la région Grand Est pourra quand même se targuer d'anticiper de deux ans l'ouverture à la concurrence des trains régionaux prévue au sein de l'Union européenne en 2023.

Dès 2021 pour 10 % du réseau

En clair : exit le monopole SNCF sur les TER Grand Est. « Des trains non estampillés SNCF pourraient circuler dès 2021, poursuit David Valence. Nous avons la capacité d’ouvrir à la concurrence 10 % du réseau du Grand Est. »

Pour quelles raisons en fait ? « L’un des objectifs, c’est de faire des économies. Un train au kilomètre coûte entre 20 et 30 % plus cher en France qu’en Allemagne », chiffrait encore l’élu au micro de France Bleu Alsace.