• Les parents d’élèves de l’école Reuss au Neuhof se sont rassemblés ce mercredi matin pour protester contre le manque de chauffage dans les salles de classe.
  • Au-delà de ce problème, les parents sont en colère car il regrette que l’école ne soit pas aux normes incendie, électriques et sécuritaires.

« Ce n’est pas possible d’apprendre avec une veste et une écharpe par des températures qui ne dépassent pas les 13° en classe », s’indigne un père de famille. Et ils sont plusieurs à être en colère. Une quarantaine de parents d’élèves scolarisés à l’école Reuss dans le quartier du Neuhof se sont rassemblés ce mercredi matin devant l’établissement, après « s’être plaints » auprès de la ville et avoir alerté par courrier le maire Roland Ries. Car, à en croire les témoignages, les conditions pour bien étudier sont loin d’être réunies.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase ? La panne d’une des deux chaudières mi-novembre dernier. Depuis les 800 élèves que comptent les trois établissements Reuss ne peuvent compter que sur une seule chaudière pour chauffer l’ensemble des bâtiments. Autant dire, mission impossible. « Les enfants tombent malades. Pourtant, l’école est un lieu de socialisation. Cette école n’est pas aux normes depuis 1995 », s’indigne Karim Amejrar, parent d’élèves délégués, père de deux enfants scolarisés à Reuss qui poursuit : « Même si les boîtiers électriques ont été changés, qu’en est-il des interrupteurs qui chauffent anormalement, des fils électriques dans les murs ? »

Une nouvelle chaudière d’ici à la fin de semaine

Des craintes que veut bien entendre l’adjointe au maire à l’éducation Françoise Buffet, mais qui s’étonne ne pas avoir été informée personnellement par les parents de ce mouvement de colère. « Une nouvelle chaudière a été commandée dès le lendemain de la panne, avec des contraintes et un délai de deux semaines était nécessaire pour la recevoir. Elle est mise en place depuis ce lundi et devrait être opérationnelle à la fin de la semaine. Une deuxième est même en commande ».

En revanche, l’adjointe indique que la température est maintenue à 19° et que « les services de la ville y veillent », même s’il est vrai, reconnaît l’adjointe, « qu’il y a eu un problème lundi dans deux à trois salles », les convecteurs électriques n’ayant pas été ouverts, par oubli, pendant le week-end.

>> A lire aussi : Le quartier du Neuhof se fait tirer le portrait dans un documentaire qui va au-delà des clichés

Questions sur l’installation électrique

Autre grief des parents, la quarantaine de convecteurs électriques d’appoint fournis par la ville fait régulièrement « sauter les plombs ». Ils dénoncent une installation électrique qui n’est pas aux normes. « C’est au directeur d’aller les remettre. Ce n’est pas son boulot et c’est dangereux. Qu’est-ce qu’on attend, qu’il y ait un incendie ? Des morts pour faire quelque chose ? », s’inquiète une maman.

Yaëlle Gass, parent d’élève déléguée, s’est adressée aux services de la ville. « On m’a répondu de débrancher le sapin et les guirlandes de Noël ! Doit-on en plus priver les enfants de l’ambiance de Noël ? ». A cela s’ajoute l’inexistence de portes coupe-feu, de rampes d’accès pour les personnes handicapées, de problèmes d’intrusion. « Les pompiers lors d’une visite nous ont dit que côté incendie, c’est le pompon », ajoute Karim Amejrar.

>> A lire aussi : Abd Al Malik, porte-voix du Neuhof

L’adjointe rassurante

« Il est vrai que l’école a besoin d’une réhabilitation énergétique et d’une mise aux normes incendie, mais ce n’est pas une situation d’urgence, elle n’est pas prioritaire par rapport à d’autres urgences dans d’autres quartiers. Les écoles qui ne sont pas aux normes incendie ont été réduites de moitié lors du précédent mandat. Mais il est fort probable que l’école Reuss sera un des prochains chantiers. Je vais d’ailleurs demander à les rencontrer », assure l’adjointe.

Cela sera-t-il suffisant pour parents du groupe scolaire Reuss qui affirment « être les oubliés du Neuhof » ? En attendant, ils ont promis de ne pas mettre leurs enfants à l’école tous les mercredis matin, tans que la situation ne s’améliore pas.