Strasbourg: Et si le contrôle technique des vélos devenait obligatoire?

SECURITE ROUTIERE Une opération de prévention s'est déroulée, jeudi après-midi à Strasbourg, pour expliquer aux cyclistes l'importance de l'entretien et du contrôle régulier des vélos...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Et si le contrôle technique des vélos devenait obligatoire? Lancer le diaporama

Strasbourg: Et si le contrôle technique des vélos devenait obligatoire? — A. Ighirri / 20 Minutes

  • Le contrôle technique n'est pas obligatoire pour les vélos.
  • Une opération de prévention a été menée par la police nationale, la ville et l'eurométropole de Strasbourg pour expliquer aux cyclistes l'importance du contrôle régulier de certains éléments d'une bicyclette.

A Strasbourg, il y a eu l’expérimentation des amendes minorées pour les cyclistes. Alors la première ville cyclable de France sera-t-elle maintenant tentée par celle de la mise en place d’un contrôle technique obligatoire pour vélos ? « On n’est pas dans cette démarche », répond Jean-Baptiste Gernet, adjoint au maire de Strasbourg en charge des mobilités alternatives.

Au contrôle technique obligatoire, l’élu préfère insister sur le fait de s’assurer « que le vélo ait tous les équipements obligatoires au moment de la vente » et que soient ensuite « menées une phase d’information au public et une phase répressive si nécessaire ».

>> A lire aussi: Attention, c'est 11 euros si vous n'avez pas de lumière sur votre vélo

Eh oui, parce que si le contrôle technique n’est pas obligatoire, certains éléments le sont et doivent être entretenus pour leur bon fonctionnement. Avertisseur sonore, catadioptres avant et arrière, sur les pédales, cataroues, éclairage, freins, pneus… Sinon, c’est le risque de recevoir une amende de 11 euros par équipement.

Les éléments obligatoires sur un vélo
Les éléments obligatoires sur un vélo - A. Ighirri / 20 Minutes

Fabien Masson, directeur de l’association de promotion du vélo Cadr67, est sur la même longueur d’ondes. « Avant de rendre le contrôle technique obligatoire, il faut que tout vélo soit vendu dans un état correct ». Il poursuit toutefois : « Il serait peut-être bienvenu d’avoir de temps en temps un contrôle technique, sans répression. Si cela peut éviter des situations d’accidents ».

Déjà 5.000 contrôles techniques par an réalisés par Cadr67

Cadr67 en réalise déjà 5.000 par an dans les écoles, collèges, dans les locaux de l’association ou sur le domaine public auprès de cyclistes volontaires. « On avise sur l’état du vélo. Et on en met environ 10 % de vélos de côté…, chiffre Fabien Masson. Parce qu’avec un ou deux freins en moins, avec une direction cassée, ils sont dangereux. »

Jeudi après-midi, sur la piste cyclable du quai des Alpes à Strasbourg, la police nationale, la ville et l’eurométropole de Strasbourg ont mené, en partenariat avec Cadr67, une opération de prévention. Le but ? Sensibiliser les cyclistes, leur expliquer l’importance de l’entretien et du contrôle régulier des bicyclettes.

Marine et Maxime ont été invités à s’arrêter pour que les forces de l’ordre puissent procéder au contrôle technique de leur biclou. La jeune femme en profite pour demander « Ce sont les bonnes lumières que j’ai sur mon vélo ? ». Réponse par l’affirmative du policier. Alors qu’est-ce qui cloche sur leur bicyclette ? « Beaucoup de choses ! », sourit Maxime. Marine, qui à l’inverse du jeune homme avait déjà fait contrôler son vélo « mais pas par un mécanicien », enchaîne : « J’ai la selle dévissée ». « C’est impératif parce que si on perd la stabilité, on risque un accident », lui rappelle l’officier de police municipale.

Accident qui peut vite prendre une dimension dramatique pour ce public cycliste dit « vulnérable » parce que non protégé par une carrosserie. Pas forcément fan du tout répressif, Nicolas Rinck, capitaine de police responsable des unités de circulation et de sécurité routière, appelle à un meilleur respect du Code de la route : « Sur dix accidents, le cycliste est responsable de son propre accident dans cinq ou six cas en moyenne ».

« Je pensais que c’était facultatif »

Catadioptre arrière qui ne fonctionne pas, absence de cataroue… Francine, qui s’était présentée volontairement au contrôle technique, comptabilisait cinq infractions. « Je n’ai jamais eu d’éclairage sur les roues, je pensais que c’était facultatif », raconte la Strasbourgeoise, qui n’avait jamais fait contrôler sa bécane. « Ce serait bien de sensibiliser surtout les jeunes. Certains roulent sur de vraies poubelles. Mais rendre obligatoire le contrôle peut-être pas… »

Comme elle, les cyclistes contrôlés jeudi – plutôt bons élèves dans l’ensemble- sont repartis sans contravention mais avec un kit réflecteur rayons pour être mieux vu. Et des mises en garde sur leur équipement, histoire d’en connaître... un rayon.