VIDEO. Strasbourg avant/après, détournement de noms de rues... Quand la photo redonne son éclat à la ville

PATRIMOINE Deux Strasbourgeois tentent, par la photo, de donner à voir leur ville de façon décalée et ludique...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: La photographie pour redonner son éclat à la ville et sortir de ses clichés
Deux Strasbourgeois tentent, par la photo, de donner à voir leur ville de façon décalée et ludique...

Strasbourg: La photographie pour redonner son éclat à la ville et sortir de ses clichés Deux Strasbourgeois tentent, par la photo, de donner à voir leur ville de façon décalée et ludique... — A. Ighirri / 20 Minutes

A force d’y vivre et de passer devant les mêmes immeubles chaque jour, on n’y prête plus vraiment attention. On ne lève plus la tête et ne s’étonne plus du patrimoine strasbourgeois.

Eux vous invitent à faire une pause et à l’apprécier. Chacun avec son projet mais à chaque fois à travers l’objectif d’un appareil photo. Et de façon ludique, décalée, moderne. Eux ? Ce sont les Strasbourgeois Mathieu Piranda et Jack Typhus.

Le Strasbourg d’hier et d’aujourd’hui juxtaposé

Le premier, architecte et photographe, a « voulu rendre hommage à la ville » qui lui a fait découvrir la photographie dans une série de clichés baptisée « Instants Mêlés ». Avec une idée de génie : prendre en photo in situ la superposition d’une image d’archives de Strasbourg sur son paysage actuel.

Une soixantaine de photos est compilée dans un livre guide que Mathieu Piranda souhaite éditer grâce au financement participatif sur Ulule.

Le second est un blogueur strasbourgeois. Il s’est associé à un photographe, de la capitale alsacienne lui aussi, pour concrétiser un projet vieux d’un an. « J’ai voulu faire des détournements des noms de rues, comme cela a pu se faire ailleurs », explique Jack Typhus du BlogKapoué, pensant notamment à une série de photos dans les stations de métro parisiennes.

>> A lire aussi: Les héros de «La Guerre des étoiles» envahissent Strasbourg

Avec le photographe Lucas Cournut donc, spécialiste de la contre-plongée qui s’amuse par ailleurs à mettre en scène des jouets dans ses prises de vue, l’idée est de détourner le nom des rues de la ville. « De manière drôle et décalée, jamais offensante, parce que les rues sont chargées d’Histoire, souligne Jack Typhus. On reste sur des jeux de mots sympas. Il faut que ça fasse sourire. On le fait sans prétention et sans but lucratif. »

Jeux de mots ou juxtapositions de photos d’archives sur paysages actuels, chacun a trouvé un moyen de mettre en lumière le patrimoine de la capitale alsacienne. « C’est un point de départ pour redécouvrir Strasbourg. Mais aussi de voir comment la ville se construit, de voir quels usages en découlent… », indique Mathieu Piranda.

Comme Jack Typhus, Mathieu Piranda est Strasbourgeois d’adoption depuis une dizaine d’années. Ce qui expliquerait peut-être le fait qu’ils n’aient pas encore perdu le réflexe de lever la tête. Et d’apprécier ce que la capitale alsacienne a à leur offrir.