A chaque rentrée son action contre le centre de primatologie de l’université de Strasbourg. Après la perturbation d’une réunion de la présidence en novembre 2016, plusieurs militants de l’association Animalsace ont remis ça sur le campus, ce mardi midi avec un nouveau mot d’ordre : « L’université de Strasbourg a du sang sur les mains. »

>> A lire aussi : Strasbourg: Le président de l’université interpellé par une association sur le «commerce des singes»

A travers une mise en scène très visuelle, l’organisme de défense des animaux a surtout cherché « à informer les étudiants » selon les termes de son président Cyril Ernst, sur ce qu’il présente comme « l’un des plus grands centres de commerce de singes pour les laboratoires d’Europe » dont les pratiques restent « entourées de mystère » à ses yeux.

Des tracts distribués aux étudiants

Des tracts ont été distribués sur le chemin du restaurant universitaire. D’autres le seront encore dans les jours à venir. « On veut sensibiliser un maximum de monde, rebondit le président. L’info passe bien. La plupart ne connaissaient pas l’existence de ce centre des 1.600 singes de Niederhausbergen et sont choqués d’apprendre qu’il existe. »

En plus d’un nouveau site Internet d’information sur ce centre de primatologie, l’association envisage d’autres actions pour diffuser sa pétition (aux 126.000 signatures) et impliquer un maximum de personnes sensibilisées aux questions animales. En parallèle, Animalsace veut également militer pour des repas végétaliens à l’université.

>> A lire aussi : Strasbourg : Nus dans le froid, des militants manifestent contre le commerce de la fourrure

A travers sa page Facebook, l'université a tenu à répondre ce mercredi matin, au lendemain de l'action: