VIDEO. Basket: Dis Strasbourg, comment tu gères tes fins de match dans ces play-offs de Pro A ?

SPORT Pourtant en tête pendant 38 minutes et 51 secondes, la SIG a finalement craqué au «buzzer» lors du troisième match de la finale de Pro A contre Chalon, samedi (70-71). Et ce n'est pas sa première fin de match de folie cette saison...

Alexia Ighirri et Bruno Poussard

— 

La SIG de Vincent Collet n'a pu qu'assister à la victoire des Chalonnais dans les tous derniers instants lors du match 3 de cette finale de Pro A édition 2017.

La SIG de Vincent Collet n'a pu qu'assister à la victoire des Chalonnais dans les tous derniers instants lors du match 3 de cette finale de Pro A édition 2017. — SIPA

  • Avec sa défaite lors du match 3 samedi soir (70-71), la SIG est en mauvaise posture en finale de Pro A et doit absolument l’emporter ce lundi.
  • A l’image de ce match perdu au « buzzer », les basketteurs strasbourgeois ont pris la fâcheuse habitude des fins de match à suspens ces temps-ci.

L’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage. Certes, cette cinquième finale consécutive de Pro A de la SIG n’est ainsi pas (encore ?) perdue. Mais au terme du match 3 au Rhenus, les basketteurs strasbourgeois (désormais menés 2-1) sont tombés de très haut (70-71) devant leur public abasourdi, samedi.

>> A lire aussi : Strasbourg a foiré sa fin de match, Chalon réalise le hold-up parfait! L'Elan mène 2-1 dans cette finale de Pro A après cette victoire à revivre en direct

En fait, les SIGmen ont laissé échapper au buzzer beater une rencontre décisive (lire ci-dessous) qu’ils ont menée 38 minutes et 51 secondes sur 40, avec entre autres dix points d’avance à quatre grosses minutes du terme (68-58).

Ce qu’ils ne doivent qu’à eux-mêmes. Et à un changement de défense de la dernière chance de Chalon, qui a finalement réussi à mettre en branle tout l’équilibre alsacien.

Fins de matches à suspens désormais presque habituelles

Sans leur donner une fois de plus des airs de maudits, cette défaite illustre les galères des Alsaciens à gérer les fins de match. « On n’a pas été assez intelligents, avoua ainsi à chaud Pape Sy. C’est rageant, parce qu’on a maîtrisé le match dans sa globalité. »

Passée la remontée fantastique de la SIG cette saison, partie de sept défaites en huit matches avant le retour de Vincent Collet, les supporters ont pris de force l’habitude de vivre des fins de rencontres en apnée, ces dernières semaines.

>> A lire aussi : Basket: L'effet Vincent Collet à la SIG, ça a changé quoi pour Strasbourg ?

Il y a d’abord eu la prolongation perdue contre Pau (92-102), au tout début du tableau de ces play-offs. Puis la série aux fins irrespirables en demie contre l’Asvel, à l’instar du match 2 où Villeurbanne a gagné en marquant à trois secondes de la fin (73-74) après un ballon vendangé par les Strasbourgeois.

Absolument gagner ce lundi pour tenter de mettre fin à la série

Depuis, la tendance du fin-de-match-à-suspens continue en finale. Après la déroute du match 1 (89-75), alors que la SIG avait une belle avance lors du second, elle s’est encore fait peur et seule une interception de Roméo Travis l’a sauvée (72-74).

Ce que personne n’a réussi pour éviter le hold-up de l’Elan samedi. La loi des séries, vous dites ? « Ils sont plus libérés, coupa le Chalonnais Jérémy Nzeulie, ce n’est pas la même histoire, mais on ne veut pas être ceux qui les aident à boucler la boucle. »

Ce (lundi) soir ou jamais

Encore au Rhenus pour le match 4 – d’ailleurs retransmis sur écran géant place Kléber à Strasbourg – ce lundi soir à 20 h 30, les SIGmen doivent gagner s’ils veulent jouer un cinquième match décisif à Chalon vendredi.