Strasbourg: Les rénovations rêvées du stade de la Meinau, en attendant l’agrandissement

FOOT Alors qu'une étude pour sa rénovation a déjà été lancée, «20 Minutes» se demande avec ses lecteurs à quoi le stade de la Meinau nouvelle version pourrait-il ressembler, entre fantasmes et limites…

Alexia Ighirri et Bruno Poussard

— 

Alors, que le stade de la Meinau deviendra-t-il avec la restructuration ?

Alors, que le stade de la Meinau deviendra-t-il avec la restructuration ? — G. Varela / 20 Minutes.

  • Une étude a été lancée cette année pour étudier les pistes de restructuration et donc d'agrandissement du stade de la Meinau.
  • Pour compléter la réflexion, «20 Minutes» a demandé à ses lecteurs ce dont ils rêvent pour l'enceinte strasbourgeoise.

Non, le Racing club de Strasbourg n’est pas encore de retour en Ligue 1. Pour cela, il faut d’abord aux joueurs alsaciens l’emporter contre Bourg, vendredi soir. Mais qu’importe l’issue de cette saison, un autre dossier majeur s’apprête à être lancé à plus long terme, celui de la rénovation du vieillissant stade de la Meinau !

>> A lire aussi : Football: Les meilleures idées pour fêter la montée (espérée) du Racing club de Strasbourg en Ligue 1

Le conseil municipal de Strasbourg votera lundi 29 mai sa participation au financement d’une étude à ce sujet. Avec plusieurs pistes pour restructurer, agrandir et moderniser les infrastructures à l’ancienne. En guise de brainstorming, plusieurs de nos lecteurs ont justement confié à 20 Minutes leurs rêves pour l’avenir de cette enceinte.

Pas de nouveau stade. Le pavé dans la mare est lancé par Lucas qui assume le risque de se faire des ennemis : « Un stade plus excentré de la ville permettrait de faire des places de parking et un accès simplifié. » Mais le projet n’est plus d’actu. Les beaux stades dans les centres-villes se font rares, Strasbourg ne compte pas bouger le sien.

Ex-président de la Ligue d’Alsace de foot, Erny Jacky, participant à l’étude d’un projet (jamais abouti, donc) de stade pour l’Euro 2016 il y a bientôt dix ans le justifie ainsi : « Il n’y a plus de débat Meinau ou pas Meinau, car ce stade est un phénomène culturel. Dans la Meinau, il y a l’identité de l’Alsace, peut-être encore plus avec le Grand Est. »

Au-delà de cet aspect symbolique, l’étude - en fait déjà lancée et au coût total de 162.000 euros répartis entre le club, la ville, l’Eurométropole et la région - a conclu en ce sens, en jugeant les constructions de la Meinau « solides », avec « une bonne visibilité partout » et « tous les éléments pour une réhabilitation profonde » selon le maire Roland Ries.

Un agrandissement de plusieurs milliers de places. Nos lecteurs sont réalistes. Dans leurs rêves, aucun ne parle de plus de 35.000 places, au maximum, pour cette Meinau de l’avenir. Avec l’inclinaison des tribunes et la couverture de l’ensemble, ce stade a des contraintes pour un agrandissement. « Il a des limites, faut pas rêver », insiste Erny Jacky.

Que deviendra la fosse aux pieds de la tribune Ouest ?
Que deviendra la fosse aux pieds de la tribune Ouest ? - Bruno Poussard / 20 Minutes

Dans les faits, le projet pensé par le club vise entre 30 et 33.000 places assises, contre 23.000 aujourd’hui. En augmentant d’abord de 1.000 à 3.000 le nombre de places VIP, à la plus forte valeur ajoutée pour un modèle économique durable. « Aujourd’hui, les loges sont insuffisantes et datées », embraye le maire de Strasbourg, Roland Ries. En clair: on préfère vendre davantage de places VIP, vendues plus chères toute l'année, que faire un stade de 40.000 à 45.000 places qui ne seraient plein que « deux à trois fois par an ».

En complément, des supporters, comme Xavier, proposent de supprimer « la séparation » entre les parties haute et basse de la tribune Ouest en « enlevant la fosse ». Et ce avec des « sièges sans dossier » pour cette partie du stade où vit le kop au volume et aux animations attendu(es) toujours plus puissant(es).

>> A lire aussi : Football: Le nouveau kop du Racing club de Strasbourg a pris ses marques à la Meinau

Sans oublier les mesures de sécurité nécessaires, l’étude en cours s’intéresse justement à la fosse et aux parties en bas des tribunes pour créer les places supplémentaires. Voire à une extension en hauteur de la tribune Sud, la présidentielle, quitte à remonter ici le toit. Ou encore à utiliser ponctuellement le parcage visiteur suivant les adversaires.

Un stade connecté. Histoire de commander à bouffer et boire sur appli avant la mi-temps par exemple, le volet numérique ne sera pas oublié dans la modernisation. L’étude, terminée au mois de juin (mais pour des travaux qui n’interviendront assurément pas dès cet été) s’intéresse aussi au modèle économique et aux types de service.

« Avec l’évolution, les clubs se doivent d’avoir des stades modernes, connectés, environnementaux et adaptés au foot de dans 20 ans, estime Erny Jacky. Dans la logique actuelle du président Marc Keller, ce stade s’annonce aussi familial et convivial, sans échapper à la rencontre de sa culture, sa région et son économie. »

>> A lire aussi : Football: Strasbourg veut consolider sa place en Ligue 2, son effectif et son stade

Outre le « stade connecté » demandé par Manu, un autre de nos lecteurs assidus, propose d’installer « un hologramme de Jean-Luc Mélenchon qui viendrait engueuler ceux qui ne chantent pas durant les matchs ». Un peu dur, vous dites ?

Des infrastructures nouvelles. Certaines d’entre elles n’attendront peut-être même pas les travaux. Pêle-mêle, Lucas liste un « écran géant » et une « nouvelle sono » alors que Kimou réclame « plus d’espace pour les enfants ». L’amélioration de l’expérience des spectateurs sera également au centre, d’autant qu’autour de la Meinau, il y a de la place.

Ici à droite, la tribune Sud pourrait-elle être agrandie en hauteur ? L'étude en cours doit juger.
Ici à droite, la tribune Sud pourrait-elle être agrandie en hauteur ? L'étude en cours doit juger. - Bruno Poussard / 20 Minutes

Un stade à l’allemande. Aujourd’hui très bétonné, le stade strasbourgeois dispose justement d’un bel espace. De quoi en faire une vraie enceinte à l’allemande, avec « une vraie boutique comme à l’époque » pour Manu, « des sièges tous de la même couleur » pour Guillaume, ou encore plus de commerces, tout simplement. Le hashtag #PimpMyMeinau peut en tout cas être lancé.