Football: Strasbourg ne balance pas que des parpaings devant, le Racing sait aussi marquer à la brésilienne

SPORT Contre Sochaux lundi (2-0), les Strasbourgeois ont notamment inscrit un splendide second but, à base de jeu rapide et à une touche de balle. Preuve qu’ils ne plantent pas qu’en puissance ou de la tête, avant de jouer à Reims…

Bruno Poussard

— 

Khalid Boutaïb, le nouveau Neymar alsacien, maintenant que le Racing se met à jouer à la brésilienne ?

Khalid Boutaïb, le nouveau Neymar alsacien, maintenant que le Racing se met à jouer à la brésilienne ? — G. Varela / 20 Minutes.

« Un but à la barcelonaise », « le RCSA, c’est le Brésil »… Après la victoire strasbourgeoise marquée d’une superbe deuxième réalisation contre Sochaux, certains n’ont pas hésité à sortir la grosse comparaison. De quoi rappeler des souvenirs cariocas à Felipe Saad avant de jouer à Reims (samedi, 15h) : « Pour un joueur de foot, c’est un régal de voir ça, encore plus pour un Brésilien ! »

Inscrit par Khalid Boutaïb à base de jeu à une passe, de une-deux et de talonnade de Baptiste Guillaume entre les jambes d’un défenseur sochalien un peu avant la pause, ce but du break a aussi régalé les 22.631 spectateurs réunis à la Meinau ! Coïncidence ou pas, les Alsaciens en avaient, eux, fait de même à l’entraînement quelques jours plus tôt.

Le même enchaînement avec la talonnade à l’entraînement

Avec, à l’origine de la talonnade ce jour-là, ce même Baptiste Guillaume, mais du pied droit, pas du gauche. « J’avais regardé Levandowski qui, contre Arsenal, avait fait le même, complète l’homme en forme. Est-ce que ça m’a inspiré ? » Probable, même si, lors de cette séance-là, Ihsan Sacko n’avait, lui, pas conclu sa tentative.

En tout cas, ce genre d’enchaînement de beaux gestes montre les automatismes de plus en plus grands entre les attaquants du Racing. C’est ce qu’en dit coach Thierry Laurey : « Il y a de plus en plus de connivence, d’affinités, entre eux, que ce soit Jérémy, Khalid, Baptiste… […] C’est bien qu’il y ait ce petit feeling, cette complicité. »

Un jeu rapide et efficace au sol, une surprise pour les adversaires

« Après, c’est instinctif, j’ai un peu de chance, mais ce que je voulais avant tout, c’était la remettre à Boutaïb », nuance le buteur prêté par Lille. Sur le coup, la belle action parfaitement exécutée en vitesse et précision au sol n’a néanmoins pas manqué de surprendre les joueurs doubistes et leur entraîneur, probablement.

>> A lire aussi : Football: Dites, le Racing club de Strasbourg n'aurait pas un problème de riche en attaque?

Car le Racing n’est pas caractérisé par les techniciens adverses pour son jeu vif à ras de terre. Plutôt pour les parpaings balancés devant, misant sur la puissance et les coups de pied arrêtés. « Quand le coach a composé son effectif, il a cherché de grands gabarits, remarque Felipe Saad. L’équipe est quand même vachement grande ! »

Le Racing ne marque donc pas toujours de la tête ou en puissance

Plus souvent à s’illustrer de la tête cette année, les Strasbourgeois savent aussi marquer autrement. « Là, on prouve qu’on peut aussi montrer une certaine technique, se réjouit Baptiste Guillaume. Tant mieux, ça diversifie notre palette et ça peut compter pour les matchs à venir. » Devant ce spectacle, les supporters n’en diront pas moins.

Baptiste Guillaume se réjouit que le Racing puisse compter, en attaque, sur une large palette.
Baptiste Guillaume se réjouit que le Racing puisse compter, en attaque, sur une large palette. - G. Varela/ 20 Minutes

Beaux ou pas, ce qui compte, c’est déjà de planter des buts. Pragmatique, Khalid Boutaïb clarifie : « Le spectacle, c’est la cerise sur le gâteau. Ce n’est pas notre premier bijou cette année, Dimitri (Liénard) nous a quand même régalés, mais l’essentiel, c’est que ça aille au fond. » En régalant de temps en temps, personne ne sera contre.