Strasbourg: Que va finalement devenir le zoo ?

SOCIETE Après des années de polémique, les discussions autour du zoo de l'Orangerie ont repris et un nouveau projet semble obtenir (enfin) l'aval de l'ensemble des participants...

Gilles Varela

— 

Le zoo de l'Orangerie. Strasbourg le 19 mars 2017.

Le zoo de l'Orangerie. Strasbourg le 19 mars 2017. — G. Varela / 20 Minutes

Les années passent et les choses ne semblent guère changer au zoo de l’Orangerie. Au cœur de vives polémiques depuis longues années, il affiche pourtant le même visage, les mêmes grimaces diront ses détracteurs sur les réseaux sociaux. Singes sur le béton, Lynx enfermé, quel avenir pour le zoo des Strasbourgeois ? Un dossier complexe où les associations de protection des animaux, l’association des Amis du zoo de l’Orangerie et la ville de Strasbourg, se déchirent.

A tel point que certains ont quitté en 2016 les commissions mises en place, laissant une situation bloquée et l’avenir du zoo en suspend. Mais, et c’est inespéré pour certains protagonistes, les choses semblent évoluer favorablement et les événements se précipitent.

Un expert qui débloque la situation

Un cabinet d’experts a été mandaté. « Il fallait remettre les gens autour de la table, assure Christel Kohler, adjointe au maire en charge du dossier. Cela ne pouvait pas rester en l’état, les décisions étaient clivantes, chacun ayant des avis très divergents et tranchés. Il fallait trouver une solution durable, et pour cela un œil extérieur qui analyse la situation, qui donne un outil de travail, une méthodologie ». Aussi, l’expert a dressé 24 fiches thématiques décrivant en outre les besoins des animaux, les obligations légales, l’attractivité du zoo pour le public, les critères d’espaces nécessaires, le tout avec les conseils des différents intervenants. Résultat, lors d’une commission réunie le 10 mars, les principaux acteurs ont fini par discuter à nouveau et s’entendre. Et il y aura bien un parc zoologique gratuit. Une avancée qui ne fait pourtant pas oublier que cet équilibre est fragile, comme en témoigne le succès d’une pétition en ligne qui demande toujours la fermeture du « zoo prison » et le replacement de tous les animaux dans des sanctuaires ou associations. Pétition qui a déjà obtenu plus de 44.000 signatures.

Un projet pédagogique et européen

Un zoo, oui, mais pas n’importe lequel et les modalités sont toujours en discussion. Place au zoo moderne, dans l’air du temps. Et, quoi qu’il en soit, place à la pédagogie. Les lieux vont devenir un observatoire de la faune sauvage européenne. Le nouveau zoo devra « être optimal en termes d’espace et de respect de la condition animale, et sera l’occasion, si possible, de montrer des animaux symboles de la bio diversité menacée en Europe. Mais aussi proposer la conservation et la reproduction d’espèce en danger », assure l’élue. Toujours en discussion également, des animaux qui ne sont pas européens mais qui ont été intégrés en Alsace pourraient trouver leur place à l’Orangerie, comme les tortues de Floride.

Le calendrier

Avec un vrai consensus, tout devrait aller vite. La subvention 2017 pour l’association des amis du zoo de l’Orangerie devrait être votée lors du prochain conseil municipal et grâce aux fiches thématiques, trois scénarios vont être dégagés par les groupes de travail. Ils seront chiffrés et les sources de financement vont être diversifiées. Avec, comme piste de travail, la possibilité « d’adoption d’animaux » par le public ou le mécénat d’entreprise. Puis une concertation grand public sera menée sur Internet pour choisir parmi les trois concepts retenus par les groupes de travail, peut-être au deuxième trimestre 2017.