Football: Comment le centre de formation du Racing club de Strasbourg est en train de se refaire un nom

SPORT Après l’obtention de l’agrément en début d'année du centre de formation du RCSA, les signatures de jeunes footballeurs s'enchaînent...

Alexia Ighirri

— 

Le centre de formation du RCS à la Meinau. Strasbourg le 19 mars 2017.

Le centre de formation du RCS à la Meinau. Strasbourg le 19 mars 2017. — G. Varela / 20 Minutes

Ceux qui suivent l’actualité du Racing l’ont remarqué : ces dernières semaines, et pas plus tard que vendredi encore avec l’arrivée d’un jeune Colmarien, les annonces de signatures de joueurs en faveur du Racing se sont succédé. Alors non, pas pour l’effectif professionnel – parce que le RCSA ce n’est pas que ça –, mais pour intégrer le centre de formation strasbourgeois. Depuis que la structure (qui, gros avantage, n’avait pas disparu après le dépôt du club) a obtenu l’agrément de la fédération en début d’année, ses dirigeants s’activent.

Des catégories d’âge à combler

Parce qu’après cinq ans de disette, il y a un retard à rattraper ? « Il faut remettre la machine en route et on le fait sur les joueurs qui sont en 4e et en 3e au collège. Par contre sur tous ceux qui sont au lycée, les meilleurs Alsaciens sont déjà partis : pendant ces cinq années, il y a quand même des clubs pros qui ont pris racine en Alsace pour leur recrutement comme Nancy, Metz, Dijon, explique François Keller, directeur du centre de formation. On est obligé de combler ces trous dans ces catégories d’âge avec des joueurs de Paris ou d’ailleurs » Ils s’appellent Yann Massombo, Théo Owono ou Sabri Durand et viennent de Torcy, Saint-Gratien ou du Red Star.

Au total, le centre s’apprête à accueillir six footballeurs nés entre 1999 et 2002, en plus des recrues alsaciennes. Deux joueurs, Kévin Zohi et Ismaïl Aaneba, ont par ailleurs déjà rejoint le centre, histoire d’être formés pendant six mois avant d’intégrer l’effectif pro à la reprise.

« Les faire signer tôt »

Pour arriver à ce résultat, exit le recrutement sauvage : le centre peut, depuis cette année, compter sur Pascal Droenhle qui a été embauché à plein-temps pour s’occuper du recrutement. Il travaille en priorité sur l’Est de la France. « On a un recruteur à Paris, on a René Charnet, recruteur pour le Centre, et on a deux, trois petites infos sympas de Marseille avec le club Air Bel », complète François Keller.

Comment attirer ces jeunes qui n’ont pas connu la grande époque du club alsacien ? « On essaye de les faire signer tôt dans la saison. Ce sont des jeunes avec de grosses qualités et si on avait attendu un ou deux mois de plus, on aurait été en concurrence avec quatre ou cinq autres clubs. Il a fallu compenser notre manque d’attractivité par un recrutement rapide. »

>> A lire aussi: Gameiro, «Strasbourgeois de cœur» et «joueur de classe mondiale» formé au Racing

Strasbourg pourrait aussi avancer l’exemple de Kévin Gameiro, arrivé de Chantilly et formé à Strasbourg. « Ça joue autant que d’avoir eu Schneiderlin ici, Dacourt et surtout Djetou qui fait partie de notre staff. Il n’y a pas plus belle réussite sportive et d’après-carrière que celle de Martin Djetou qui est entraîneur chez nous et qui est le symbole pour un Parisien d’une intégration réussite et parfaite. » A bon entendeur.