Strasbourg: L’Opéra du Rhin est le premier de France à dévoiler ses coulisses sur Snapchat

RESEAUX SOCIAUX Depuis la fin du mois de février, l’Opéra national du Rhin est le premier de France à dévoiler ses vastes coulisses au quotidien dans sa story Snapchat, un compte lancé pour continuer à attirer les jeunes…

Bruno Poussard

— 

L'Opéra national du Rhin dévoile depuis la fin du mois de février ses coulisses sur Snapchat.

L'Opéra national du Rhin dévoile depuis la fin du mois de février ses coulisses sur Snapchat. — B. Poussard / 20 Minutes.

« Le saviez-vous ? » Ainsi commence ce petit snap, illustré d’une drôle de tête moulée dans les loges du dernier étage de l’Opéra national du Rhin. Une seconde image prolonge : « Nos perruques sont entièrement réalisées par nos soins, avec de vrais cheveux ou… des poils de yack ! » Voilà ce qu’on peut apprendre en zieutant la story de l’institution culturelle strasbourgeoise.

Car depuis la fin du mois de février, @operadurhin est le premier de France à être actif sur Snapchat. Entre les 80 heures nécessaires à la confection d’une perruque à la main ou l’explication du rôle du régisseur (qui drive tout le monde pendant un spectacle) devant les partitions, une visite dans les coulisses prête à de nombreuses découvertes éphémères.

La fameuse réalisée en 80 heures avec des poils de yack !
La fameuse réalisée en 80 heures avec des poils de yack ! - B. Poussard / 20 Minutes.

Un moyen d’essayer d’attirer encore et toujours des jeunes

Rafraîchissant pour quatre membres des services communication ou petite enfance connectés, Snapchat n’a pourtant rien d’un jeu. C’est plutôt un moyen de plus d’attirer des jeunes à l’opéra. « On veut toujours faire comprendre aux 15-25 ans que non, on n’a pas besoin de venir en costard à l’opéra, rebondit Marie-Odile Molina, responsable des partenariats. Montrer les coulisses dédiabolise un peu. »

>> A lire aussi : A Strasbourg aura lieu le premier festival de metal organisé dans un opéra français

Un nécessaire investissement sur l’avenir aussi, pour que l'OnR continue à renouveler son public. Avec une stratégie claire, plus directe, libre, différente des autres réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, et quelques idées inspirées de marques comme Michel & Augustin ou M6 Mobile. « On a regardé partout mais pas dans le domaine culturel, toujours en retard sur ce plan », complète Marie-Odile Molina.

Plus de 250 permanents aux métiers divers à montrer

En plus, l’Opéra national du Rhin a déjà plutôt une politique d’ouverture. « Mais Snapchat permet d’amener les coulisses au plus de monde possible et participe à faire comprendre ce qu’on fait, même auprès des connaisseurs parce qu’on n’imagine pas tout ce qu’il y a derrière les spectacles », embraye-t-elle. A Strasbourg travaillent par exemple plus de 250 permanents, aux métiers très divers.

Dans les loges, de nombreux détails sont à montrer.
Dans les loges, de nombreux détails sont à montrer. - B. Poussard / 20 Minutes.

Autant d’idées susceptibles d’enrichir la story de l’institution. Car l’opéra ne veut pas troller. Seules les infos majeures ou les plus drôles méritent un snap depuis le lancement effectué grâce au projet d’une stagiaire. « On entendait souvent parler de Snapchat au service communication mais personnellement, on n’utilisait pas », assume Marie-Odile Molina. En quelques semaines, il compte plus de deux cents abonnés.

De l’insolite et des découvertes instantanées et éphémères

Entre la fabrication des costumes ou des accessoires dans les ateliers du grenier d’abondance, celle des décors préparés et stockés à la Meinau, ou encore du maquillage derrière la scène de l’opéra, place Broglie, les occasions de faire découvrir via Snapchat les équipes sont très nombreuses. « Avant qu’on ait fait le tour ou qu’on s’ennuie, il se passera quelques saisons », sourit Marie-Odile Molina.

Surtout pas question, pour l’heure, de montrer deux fois la même chose. Et encore moins de faire de la publicité. L’intérêt de ce compte, moins institutionnel que les autres réseaux sociaux, en dépend. Ephémères, les publications encouragent même l’équipe à proposer de l’insolite. Pour les jeunes, d’abord. « On veut en profiter pour les aider à savoir qui on est, où on est », conclut Marie-Odile Molina.

Responsable des partenariats de l'Opéra du Rhin, Marie-Odile Molina fait partie des quelques personnes derrière le compte Snap.
Responsable des partenariats de l'Opéra du Rhin, Marie-Odile Molina fait partie des quelques personnes derrière le compte Snap. - B. Poussard / 20 Minutes.

Les jeunes déjà ciblés. Actif sur Twitter, Facebook et Instagram avant Snapchat, l’Opéra national du Rhin – qui lancera sa saison le 26 avril - organisera également le premier festival de metal français dans un opéra. A destination des jeunes, il pratique également des tarifs avantageux pour les moins de 26 ans et les détenteurs de la carte culture.