Les chapiteaux  du dépôt de la CTS de Cronenbourg devraient laisser place à des panneaux photovoltaïques.  Strasbourg le 13 mars 2017.
Les chapiteaux du dépôt de la CTS de Cronenbourg devraient laisser place à des panneaux photovoltaïques. Strasbourg le 13 mars 2017. - G. Varela / 20 Minutes

L’eurométropole, via la CTS, va faire du patrimoine immobilier de l’entreprise « un atout et une force pour la production d’énergie photovoltaïque », a annoncé le président de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) Alain Fontanel. A terme, cette production devrait doubler. Neuf sites potentiels ont été identifiés soit 50.000 m2 dont cinq sites vont être lancés prochainement pour en vérifier la faisabilité et la rentabilité. Cinq sites qui font à eux seuls plus de 20.000 m2 de surface, soit 50 % de plus que ce qui existe actuellement dans l’Eurométropole. Il s’agit de deux dépôts de la CTS, (Kibitzenau et Cronenbourg) et trois parkings P + R (Rotonde, Espace européen de l’entreprise et Rives de L’Aar.

Le potentiel en électricité de 3.400 logements

« Et 50.000 m2, cela représente le potentiel en électricité de 3.400 logements ou l’équivalent de 5 millions de kilomètres en voitures électrique par an », a précisé Alain Jund, vice-président de l’Eurométropole avant d’ajouter que « la collectivité veut passer un cap » et de mentionner que le « soleil vient de l’Est ». Comme le soleil « berce » le Bade-Wurtenberg, pourquoi en serait-il autrement dans l’agglomération strasbourgeoise ? » ironise Alain Jund. En clair, selon l’élu, nous avons du retard sur l’Allemagne et « c’est donc une étape importante de la politique de transition énergétique de l’Eurométropole qui a pour objectif 20 % d’énergie renouvelable en 2020. Avec ce projet, le solaire franchit le Rhin », a-t-il également formulé, « mais avec ce projet de la CTS, on se met un peu à niveau, on rattrape un peu notre retard. On double le potentiel solaire. »

>> A lire aussi : Ungersheim, le village qui vise l’autonomie énergétique

« La CTS montre la voie »

Et il est vrai qu’avec un taux d’équipement photovoltaïque par habitant de 472 GWC dans le Bade-Wurtenberg alors qu’il n’est que de 78 GWC dans le Grand Est, la différence entre les deux voisins est frappante. « La CTS montre la voie », ce qui est bien pour une entreprise de transports en commun, plaisante Alain Fontanel. D’ailleurs un cadastre solaire va être réalisé afin d’identifier des espaces existants, qui pourraient recevoir d’autres panneaux photovoltaïques. Mais aussi susciter d’autres demandes ? Mais Pour l’heure, la CTS, un partenaire privé Quadran et l’Eurométropole attendent des réponses de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) à qui ont été soumises les propositions. Celles-ci vont s’échelonner jusqu’à la fin de l’année 2017.

 

 

Mots-clés :