Strasbourg : Une exposition inédite consacrée à Marcel Marceau pour rendre ses lettres de noblesse au mime

CULTURE A Strasbourg, dans un mois tout juste, s’ouvrira l’exposition « Le pouvoir du geste » consacrée à Marcel Marceau et à l’art du mime…

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg va rendre ses lettres de noblesse à l'art du mime avec une exposition sur Marcel Marceau. (Archives)

Strasbourg va rendre ses lettres de noblesse à l'art du mime avec une exposition sur Marcel Marceau. (Archives) — LECARPENTIER/SIPA

C’est la première création du genre. Avant de peut-être voyager dans d’autres villes par la suite, l’exposition consacrée au Mime Marceau ouvrira d’abord ses portes dans la salle de l’Aubette de Strasbourg, du 1er au 26 mars.

Baptisée « Le pouvoir du geste », l’exposition gratuite entend rendre ses lettres de noblesse à l’art du mime à travers un hommage à son plus illustre ambassadeur : Marcel Marceau, né en 1923 dans la capitale alsacienne.

>> A lire aussi : Ces personnalités strasbourgeoises qui mériteraient une expo ou un musée en leur honneur

« On s’est rendu compte que l’art du mime était peu connu et que Marceau ne l’était pas de la nouvelle génération, débute Valérie Bochenek, commissaire de l’exposition et présidente de l’association Un musée pour le Mime. Et il y a une chose qui m’obsède, c’est ce pouvoir qu’a le geste quand nous voulons communiquer : le corps va accompagner notre discours. Cette exposition va aussi montrer comment avec l’art du mime on peut apprendre sur nous-même et sur la façon dont nous communiquons ».

>> A lire aussi: Pourquoi Marceau était-il mime?

Dans un mois, le public pourra donc (re) découvrir le parcours de Marcel Marceau et l’histoire du mime en général à travers huit modules : de l’enfance du Strasbourgeois fan de Charlie Chaplin contraint à l’exode durant la guerre jusqu’à la création de son personnage Bip en passant par la science du geste.

Entre les costumes de Bip, les affiches venues du monde entier et d’autres archives, l’exposition invitera les visiteurs à regarder un mime interpréter une scène. A noter que le mime en question sera un hologramme en 3D.

Marceau, Bowie et Jackson

Il sera bien évidemment question de l’héritage du Mime Marceau et de son influence dans la création artistique, qu’il s’agisse de mime, de théâtre, de danse ou encore de musique. Valérie Bochenek cite David Bowie en exemple, quand Jean-Louis de Valmigère de la Fondation pour Strasbourg (soutien de l’exposition) parle de Michael Jackson : « Beaucoup de gens font le moonwalk mais ne savent pas que cela vient de la marche contre le vent du mime Marceau ».

Un dernier module prendra la forme d’un espace pédagogique proposant au public une mini-initiation aux fondamentaux du mime. Histoire de ressortir de l’Aubette en maîtrisant la « main pamplemousse », la « main palette » ou encore la « main du mal » presque aussi bien que le génial Marceau.

Mots-clés :