Pour donner un avant-goût de leur cuisine, un chef tibétain et un chef afghan ont déjà cuisiné dans un chalet du village solidaire du marché de Noël, début décembre.
Pour donner un avant-goût de leur cuisine, un chef tibétain et un chef afghan ont déjà cuisiné dans un chalet du village solidaire du marché de Noël, début décembre. - B. Poussard / 20 Minutes.

Certains ont peut-être déjà goûté leurs spécialités les 5 et 6 décembre derniers. Installés dans un chalet du village du partage du marché de Noël, deux chefs réfugiés ont permis à des curieux de découvrir raviolis tibétains et autres petits pains afghans. Cette semaine, le Refugee Food Festival s’installe maintenant dans cinq restos strasbourgeois.

Imaginée par deux Français de retour d’un tour du monde chez l’habitant, l’initiative est née à Paris en juin dernier. Strasbourg accueille donc la deuxième édition seulement. « Dans la capitale européenne, le marché de Noël est un moment fort propice au partage », justifie Lorraine Niss, de l’association co-organisatrice Food Sweet Food.

« Du talent à apporter à notre cuisine »

« Les gens posent pas mal de questions sur la préparation, ça permet de faire connaître notre culture », félicitait Dorje Tsang Ringchen début décembre. Le chef tibétain s’installe mercredi au Monteleone. Le Mandala, la Ruche aux Deux Reines, le Cafe con leche, la Graffateria et PUR Etc. recevront, eux, des chefs syriens ou afghans en situation d’asile entre lundi et vendredi.

>> A lire aussi : La communauté de réfugiés tibétains continue de s'agrandir à Strasbourg

« Ils ont du talent à apporter à notre cuisine, rebondit Céline Schmitt, du Haut-Commissariat pour les réfugiés, co-organisateur également. Ça permet de montrer qu’on peut tous faire quelque chose pour les réfugiés, changer le regard des gens, aider à leur intégration. » En combinant ainsi cuisine étrangère et traditionnelle.

Une troisième édition dans dix villes d’Europe en juin 2017

Au Mandala monté en début d’année par un couple franco-vietnamien, l’opération pourrait même mener à l’embauche à temps partiel du cuisinier afghan Ahmadzai. « Nous avons besoin d’un wokeur et il a déjà connu ça en Norvège », détaillent Nicole Tu et Frédéric Muller. Leur slogan « entre Rhin et Mékong » prend ici tout son sens.

L’exemple de ce restaurant qui reçoit déjà beaucoup d’associations et événements multiculturels ou caritatifs est à l’image de ce que le Refugee Food Festival veut encourager. Pour lancer cette édition strasbourgeoise, les organisateurs se sont appuyés sur plusieurs associations en charge de l’aide aux réfugiés.

Et ils ont encore plein d’idées. En juin prochain, la troisième édition de l’événement aura ainsi lieu simultanément dans dix villes européennes, dont Strasbourg ! D’ici là seront également montés une plateforme de mise en relation entre chefs cuistots et restos, ou encore un guide pour aider à créer des Refugee Food Festival.

Le détail du programme. Pour être sûr de pouvoir profiter des préparations de ces chefs cuisiniers étrangers, la réservation auprès des restaurants impliqués est conseillée. Voici sur ce lien le planning complet.

Mots-clés :