Strasbourg: Le grand chambardement des bibliothèques universitaires

VIE ETUDIANTE L’ouverture de la nouvelle bibliothèque de recherche en histoire est l’occasion de faire le point sur les bibliothèques qui ouvrent et celles qui ferment…

Gilles Varela

— 

La toute nouvelle bibliothèque de recherche en histoire de l'Unistra. Strasbourg le 23 novembre 2016.

La toute nouvelle bibliothèque de recherche en histoire de l'Unistra. Strasbourg le 23 novembre 2016. — G. Varela / 20 Minutes

Si les bibliothèques de l’Université de Strasbourg (Unistra) avec la BNU représentent « la plus grande offre documentaire de France », selon le président de l’université Michel Deneken, la dispersion des lieux de documentation pose problème. Aussi au fur et à mesure des rénovations, les bibliothèques sont regroupées, une tendance favorisée par la fusion des facultés en 2009.

Des regroupements, source de « confort pour les enseignants-chercheurs et tous les usagers mais aussi un véritable plus pour les équipes de documentation », assure Martine Gemmerlé, directrice du service commun de la documentation de l’Unistra. Pour l’heure, l’Unistra est passée de 32 bibliothèques à 26. Et trois autres devraient prochainement être regroupés avec la construction du Studium, véritable « Maison de l’Etudiant » en lieu et place de la bibliothèque Blaise Pascal.

>> A lire aussi : INFOGRAPHIE. Encore un prix Nobel pour l’université de Strasbourg… Ça change quoi au final?

Et qui dit travaux dit perturbations

La création d’un nouveau lieu aura des incidences sur la vie étudiante. Mi-janvier, la bibliothèque des sciences sera fermée au public et à compter de cette date, les étudiants en sciences seront accueillis dans les locaux de la bibliothèque U2 et U3 où sera mise en place une bibliothèque provisoire.

Celle-ci comprendra tous les ouvrages et les manuels les plus utilisés, « le cœur de collection ». Quant aux collections moins empruntées et qui sont consultables en ligne, elles seront stockées dans les magasins.

>> A lire aussi : Pour nourrir les réflexions, l'université ouvre une licence d'Histoire et civilisation des mondes musulmans

Des services numériques sont mis en place

« En réalité, prévient l’Unistra, il y aura forcément moins de place que dans la bibliothèque des sciences ». Les places dans la bibliothèque U2 et U3 vont être chères. C’est pourquoi un certain nombre de services numériques ont été mis en place. L’application Affluences permet ainsi de connaître et d’identifier le nombre de places disponibles sur les campus. Et à grâce à Ubib , les bibliothécaires peuvent répondre en ligne aux questions des lecteurs.

Le badge unique, donnant accès à toutes les bibliothèques, mais aussi la possibilité de laisser un ouvrage emprunté dans la bibliothèque de son choix sont des propositions pour fluidifier les consultations et dégager du temps pour « se consacrer véritablement à ses recherches, sans contrainte logistique particulière », assure l’Unistra.

D’autre part, la plage horaire d’ouverture étant plus grande dans la bibliothèque qui va accueillir la collection de la bibliothèque des sciences, notamment en soirée et le samedi, tout comme dans d’autres lieux de documentation qui ouvrent en horaire élargis (médecine, Pege). Il sera certainement possible de consulter le 1,3 million de livres que comptent les bibliothèques du réseau universitaire.