Strasbourg: A l'Orangerie et l'Esplanade, le stationnement deviendra payant l'été prochain

TRANSPORT Afin de faciliter la vie des habitants de l'Orangerie et l'Esplanade en encourageant d'autres modes de déplacement, 2.730 places de stationnement deviendront payantes en juillet 2017...

Bruno Poussard

— 

Dans le quartier de l'Esplanade, il faut parfois tourner longtemps avant de trouver une place en journée.

Dans le quartier de l'Esplanade, il faut parfois tourner longtemps avant de trouver une place en journée. — B. Poussard / 20 Minutes.

Dans certains quartiers de Strasbourg, trouver une place de parking relève parfois de la longue bataille. « Quand je viens ici, je suis habitué à galérer dix à 15 minutes avant de trouver, confie ce jeune papa rue du Jura, à l’Esplanade. Et si vous venez le midi, c’est quasiment impossible. » Les habitants connaissent le problème de longue date.

>> A lire aussi : Strasbourg: Le stationnement payant gagne 30 minutes à la pause déjeuner, les PV effectifs au 2 avril

Après des pétitions et une réflexion lancée avec les conseils de quartiers, la ville de Strasbourg vient d’annoncer la transformation respective de 2.050 et 680 places de l’Orangerie (Conseil des XV) et l’Esplanade en payant. A partir du 1er juillet 2017, ces 2.730 points de stationnement coûteront donc 0,50 euro de l’heure et 1 euro les trois (tarif vert).

La mesure devrait satisfaire les résidants privilégiés (un macaron unique par foyer pour 15 euros par mois), moins ceux qui profitent de ces sites proches du centre pour laisser leur voiture gratuitement toute la journée. « De 9h à 18h, il n’y a aucune place, décrit un soixantenaire habitué de l’Esplanade. Mercredi, j’en ai encore vu un tourner un bon moment, il avait la rage ».

Pour « favoriser les habitants » et une « meilleure rotation des véhicules »

« On veut assurer une meilleure utilisation de l’espace disponible et la rotation des véhicules afin, aussi, d’augmenter la probabilité de trouver une place », justifie le maire, Roland Ries. En clair, la ville veut faire la chasse aux trop nombreux véhicules venant chaque jour de la périphérie de Strasbourg et redonner la priorité aux habitants de ces coins.

Le plan de stationnement de Strasbourg, entre zones rouge, jaune (limitées à deux heures) et verte (limitée à trois heures).
Le plan de stationnement de Strasbourg, entre zones rouge, jaune (limitées à deux heures) et verte (limitée à trois heures). - B. Poussard / 20 Minutes.

« Il y avait urgence à les protéger les habitants, renchérit Olivier Bitz, adjoint en charge du quartier de l’Esplanade. Ils sont pris en étau entre Rivetoile, la Krutenau et l’Université où les places se réduisent avec le plan Campus. Et à l’Orangerie c’est pareil, il y a très peu de parkings privés, et un taux de motorisation plus élevé encore. »

Aménagements en parallèle, pour vélos, handicapés et autopartage

Après l’application du stationnement payant entre midi et deux heures à Strasbourg, certains s’inquiètent en revanche de cette nouvelle mesure. « C’est nul, à chaque fois, il me faudra payer au moins quatre euros par jour, en revenant toutes les trois heures, regrette cette dame dont la mère vit à l’Esplanade. Beaucoup de personnes âgées habitent ici, comment feront leurs enfants qui viennent les aider ? »

La fameuse rue du Jura, point sensible de stationnement à l'Esplanade.
La fameuse rue du Jura, point sensible de stationnement à l'Esplanade. - B. Poussard / 20 Minutes.

« On ne fait pas chasse à la voiture, mais on veut faire réfléchir sur les comportements », reprend pour sa part Anne-Pernelle Richardot, adjointe en charge de la circulation. Des aménagements seront aussi réalisés autour de places réservées aux handicapés, d’arceaux à vélo, ou de points d’autopartage Citiz. Des évolutions seront ensuite envisageables. Plus loin encore, une étude est également en cours à Neudorf.