Alsace: A qui sont ces squelettes retrouvés par les archéologues sous le chantier de la LGV?

Exposition Au musée archéologique de Strasbourg se trouvent les découvertes réalisées en amont du chantier de la LGV, sur lequel s’écrit l’ensemble de l’histoire de la civilisation alsacienne…

Bruno Poussard

— 

Cette sorte de pelle réalisée à partir d'un os est aussi une pièce à haute valeur de l'exposition.

Cette sorte de pelle réalisée à partir d'un os est aussi une pièce à haute valeur de l'exposition. — B. Poussard / 20 Minutes.

Remonter le tracé de la LGV, c’est aussi (re) plonger dans l’histoire de l’Alsace. C’est en tout cas la belle expérience qu’a pu mener la grosse centaine d’archéologues impliqués dans les fouilles menées avant le chantier de la Ligne à grande vitesse, entre 2008 et 2011. De la préhistoire à l’époque romaine, leurs plus belles trouvailles sont d’ailleurs exposées au musée archéologique depuis une semaine.

>> A lire aussi : Mise en service en retard, la LGV Est Européenne va relier Strasbourg à Paris plus rapidement

Des ornements un premier âge de fer ont été retrouvés non loin de Saverne.
Des ornements un premier âge de fer ont été retrouvés non loin de Saverne. - B. Poussard / 20 Minutes.

Tous les âges du développement de la région représentés

Intégrés au fil des collections au Palais Rohan, ces objets et ossements couvrent d’ailleurs tous les âges de la civilisation régionale, dont les premières traces remontent à 5.000 ou 6.000 ans avant Jésus-Christ. Une époque du néolithique de laquelle datent la sédentarisation et le défrichage, liés à la fertilité de la plaine d’Alsace.

>> A lire aussi : Le TGv exhume des sépultures du néolithique

Retrouvé à Gougenheim, et exposé dans une des premières salles à l’entrée du musée archéologique, un os animal utilisé pour creuser est un bel – et rare – exemple. Comme celui du Kochersberg, ces 31 sites répertoriés sur les 106 kilomètres de travaux illustrent ainsi le développement humain régional, à travers ce patrimoine exceptionnel.

Ce sceau en bronze est une pièce très rare. Seulement 37 existent en Europe !
Ce sceau en bronze est une pièce très rare. Seulement 37 existent en Europe ! - B. Poussard / 20 Minutes.

Un énorme sanctuaire de six hectares à Eckwersheim

De Strasbourg jusqu’à la frontière avec la Lorraine, ont ainsi été retrouvés une urne de crémation et des perles de la Baltique de l’âge de bronze à Eckwersheim, une situle (sceau méditerranéen dont seulement 37 exemplaires sont recensés en Europe) en bronze de l’âge de fer, ou encore des bas-reliefs de l’époque gallo-romaine au milieu d’un sanctuaire à l’entrée du tunnel de Saverne…

>> A lire aussi : Quand Brumath était la capitale «civile» de l'Alsace romaine

C’est d’ailleurs à Eckwersheim, au nord de Strasbourg que les découvertes les plus majeures ont été faites autour d’une nécropole de six hectares continuellement utilisée au fil des siècles et comprenant d’innombrables ossements. De cette nécropole a surgi un collier attaché au cou d’un squelette, ainsi que l’explique et replace la borne interactive située à l’entrée.

Une borne interactive permet de repérer les sites de fouille et de voir les objets trouvés dans leur contexte.
Une borne interactive permet de repérer les sites de fouille et de voir les objets trouvés dans leur contexte. - B. Poussard / 20 Minutes.

Des connaissances sur la vie quotidienne des différentes époques

« On a appris beaucoup sur le monde des morts, valide Philippe Kuchler, d’Archéologie Alsace, l’un des deux instituts impliqués dans ces recherches qui ont trouvé de vastes ossements parfaitement conservés dans le Kochersberg. Mais on a aussi acquis de nouvelles informations aussi sur les modes d’habitats – en découvrant par exemple des villas gallo-romaines vers Eckartswiller –, et les pratiques alimentaires ou agricoles. »

« Cette exposition n’est que l’écume de leurs découvertes, relance par ailleurs Brigitte Schnitzler, la conservatrice du musée. Elles permettent d’enrichir nos connaissances, de faire des connexions. Ces fouilles racontent la vie quotidienne des différentes époques. Il n’y a pas d’objet isolé, tous ont une histoire. » Les analyses de ces trouvailles sont encore loin d’être finies…

L’exposition se tient jusqu’au 25 décembre. Des visites thématiques sont prévues le 1er octobre, le 5 novembre et le 3 décembre. ​

Mots-clés :