Ambiance délétère au secrétariat général de l’administration du ministère de l’intérieur (SGAMI) de la région Est. Dans ces bureaux, installés à Metz, deux agents ont tenté de se suicider tandis qu’une dizaine d’autres dénonce le harcèlement moral exercé par l’encadrement, révèle une enquête de Mediapart.

En juin, l’un d’eux « est entré dans le bureau, il a enjambé le radiateur pour sauter par la fenêtre, et ses collègues l’ont attrapé par la ceinture du pantalon », explique un salarié à Mediapart. Un mécanicien de l’atelier de Châlons-en-Champagne s’était déjà donné la mort en 2007.

Le directeur de la logistique du SGAMI est, quant à lui, accusé de harcèlement sexuel par plusieurs employés. L’une des victimes, soutenue par l’Association européenne contre les violences faites aux femmes (AVFT), compte déposer une plainte avec constitution de partie civile pour relancer l’enquête. En 2015, après les investigations de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), le procureur de Metz avait en effet classé sans suite cette procédure.