La situation était extrêmement tendue dimanche, sur le futur site d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure, dans la Meuse. FRANCOIS NASCIMBENI
La situation était extrêmement tendue dimanche, sur le futur site d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure, dans la Meuse. FRANCOIS NASCIMBENI - AFP

La contestation en marge du futur site d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Meuse) devient électrique. Un incident survenu dimanche après le rassemblement de manifestants a même rappelé le tragique souvenir de Sivens, où un militant anti-barrage était décédé en octobre 2014.

Selon Le Parisien, un hélicoptère de la gendarmerie qui survolait la manifestation contre le projet controversé a ainsi été la cible d’une demi-douzaine de tirs de fusées d’artifice. Les projectiles n’ont pas touché l’appareil mais ils ont poussé le pilote à effectuer une manœuvre délicate pour éviter tout accident.

Les auteurs des faits risquent dix ans de prison

Rapporté au procureur de la République de Bar-le-Duc, l’incident a entraîné l’ouverture d’une enquête de flagrance pour violences volontaires en réunion, avec arme par destination, et sur personne dépositaire de l’autorité publique. Les auteurs des faits, qui n’ont pour l’instant pas été identifiés, risquent jusqu’à dix ans de prison. La confusion qui régnait dimanche dans le bois Lejuc rend l’enquête difficile.

Protégée jusque-là par des gendarmes mobiles, la zone meusienne a été désertée par les militaires samedi, laissant le champ libre à environ 250 activistes qui ont détruit le mur protégeant le chantier préparatoire. Quelques individus cagoulés ont notamment été aperçus armés de barres de fer ou de pioches.

L’ouverture du centre de stockage radioactif est prévue d’ici 2025

Les gendarmes ont surveillé la manifestation dimanche grâce à un hélicoptère, qui se trouvait en vol stationnaire lorsqu’il a essuyé les tirs. « Il s’agissait de fusées d’artifice comme on en voit le 14 juillet, a indiqué au Parisien une source proche du dossier. Elles sont passées au-dessus de l’hélicoptère, mais le pilote a dû faire des manœuvres d’écartement. L’appareil et son équipage ont interrompu le vol et sont rentrés dans leur camp de base. »

Le projet de centre de stockage radioactif dans le sous-sol du village de Bure remonte à dix ans et sa finalisation est prévue d’ici 2025. Contesté par des associations écologistes ayant multiplié des recours devant la justice, le site prévoit le creusement de galeries à 500 m sous terre, destinées à stocker 240.000 fûts de déchets radioactifs.

Mots-clés :