Basket: On a rencontré les Strasbourgeois qui ont «Galatasaray dans le sang» avant la finale d'Eurocoupe

SPORT La SIG et le Galatasaray Istanbul s’affrontent ce vendredi à 21h en finale aller de l’Eurocoupe. Dans la capitale européenne, les supporters stambouliotes sont en nombre…

Floréal Hernandez

— 

Les ultrAslan, groupe de supporters de Galatasaray.

Les ultrAslan, groupe de supporters de Galatasaray. — www.ultraslan.com

Au fond du Grill Istanbul, Grand-rue à Strasbourg, une chaîne musicale enchaîne les clips. Et ce vendredi, soir de la finale aller d’Eurocoupe entre la SIG et Galatasaray, pas question de zapper sur le match. « Ah non, sourit Erem, les clients ne voudront pas. »

>> A lire aussi : >> Suivez la finale de l'Eurocoupe Strasbourg-Galatasaray Istanbul en live comme-à-la-maison à partir de 20h50

Agé d’une vingtaine d’années, ce supporter de Galatasaray – « mais surtout de l’équipe de foot » – tentera entre deux commandes de kebabs ou de falafels de suivre l’évolution du score sur les réseaux sociaux.

>> A lire aussi: «Galatasaray veut tuer la finale» d'Eurocoupe dès le premier match à Strasbourg.

« En Turquie, on ne peut pas changer de club »

Ibrahim lui non plus ne va pas rater ce premier round entre Strasbourgeois et Stanbouliotes. Comme Emre, il suit davantage Galatasaray pour le foot mais pas question de rater la finale de l’Eurocoupe. « J’ai Galatasaray dans le sang. Que ce soit du foot ou du basket, c’est pareil. » C’est via la télé turque que le coiffeur va vibrer pour son équipe. « En Turquie, on peut changer de parti politique, de femme, mais pas de club. »

Sedat, voisin du Star Coiffure, rue du maire Kuss, et qui a servi de traducteur avec le jeune homme, regardera le match pour faire plaisir à son fils, Cyhan 9 ans. « Il est fan de Galatasaray alors que je supporte le Besiktas. Je ne comprends pas, je le vis mal », rigole le patron du restaurant L’Anatolie. Il avoue avoir eu « des oursins dans les poches » quand il a dû acheter un maillot de Galatasaray à son fils.

>> Les supporters de Galatasaray détiendraient le record du monde de décibels pour un match de basket avec 122,9 db.

Pour suivre la finale aller avec son garçon, il va opter pour des commentaires en français (Ma Chaîne Sport ou Eurosport). « S’ils seront pour Strasbourg, ils resteront relativement neutres pas comme à la télé turque. »

C’est aussi en français et à la télé que Nevzat, gérant du restaurant vegan Cigkoftem, place du Vieux-Marché-aux-Vins, devrait suivre SIG-Galatasaray, ce vendredi. « Je n’arrive pas à trouver de places. Pour la venue de Fenerbahçe en Euroligue, j’avais une dizaine de places. Là, aucune. »

Le supporter de Galatasaray comprend la politique des dirigeants strasbourgeois d’avoir privilégié leurs fans pour ne pas se retrouver à jouer dans une ambiance turque. Ce soir, sur les 6.200 spectateurs du Rhenus, une centaine de places seulement a été réservée aux supporters stambouliotes.